CRÉER LE CONTRE-CHOC

LA FIN DU CONFINEMENT APPELLE À DES MESURES D’URGENCE, SELON LE CMC

Pour stopper la décroissance vertigineuse de l’économie induite par la pandémie, le CMC plaide pour l’établissement d’un l’Etat- providence

Bien que la vigilance vis-à-vis de la pandémie doive rester de rigueur, la relance de l’économie est plus qu’une urgence. Du moins dans les régions et secteurs les moins exposés à la recrudescence du Covid-19. Pour les analystes de l’Observatoire de conjoncture que dirige Habib El Malki, deux orientations stratégiques pourraient être mises en oeuvre dans les brefs délais. D’abord, «des actions et mesures d’urgence pour créer un contrechoc». Objectif: stopper l’hémorragie provoquée par l’arrêt des activités, les pertes de revenus et l’exacerbation du chômage. Ensuite, il s’agit d’établir une nouvelle vision et un modèle de développement répondant aux enseignements tirés de cette douloureuse expérience. Et pour cause, «Le PIB devrait s’effondrer de 4,3% cette année», estime le CMC.

Face à cette décroissance dramatique, les mesures à prendre d’urgence commenceraient, par l’adoption «d’une politique budgétaire plus agressive qu’à l’accoutumée», notamment à travers le projet de loi rectificative du budget, en cours de préparation. Parallèlement à l’assouplissement de la politique budgétaire, la politique monétaire devrait se montrer plus accommodante et innovante. Ainsi, il est plus qu’urgent d’augmenter d’une manière significative le budget du ministère de la Santé ainsi que ceux des secteurs sociaux. Le tout assorti d’abattements sur les charges sociales et l’impôt sur le revenu avec des moratoires sur le paiement des impôts. Les analystes du CMC préconisent, en outre, le rééchelonnement de paiement des crédits bancaires. Sans oublier le soutien, par des prix préférentiels, des intrants et des investissements de l’agriculture.

Promotion des secteurs sociaux
Par ailleurs, il est proposé la généralisation de l’AMO à l’ensemble de la population. Etudier également la possibilité de transformer les aides aux ménages nécessiteux en un système pérenne de primes de chômage. Pour accompagner tout cela, la levée du confinement pourrait s’opérer par région et par province sur la base du nombre de reproduction. Avec toutes ces mesures, le CMC ne préconise ni plus ni moins qu’un retour à l’Etat-providence. En particulier pour ce qui est de la promotion des secteurs sociaux et l’accompagnement du secteur privé, aussi bien dans le milieu urbain que dans le monde rural. Ce dernier, reste en effet, pour le CMC, un levier incontournable de l’économie nationale. D’où la priorité dont il doit bénéficier, notamment de toutes les accessibilités en matière de services de santé, d’enseignement et de loisirs susceptibles de créer une attractivité du milieu et de maintenir la population sur place.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger