Crédit du Maroc: Des fondamentaux financiers solides et des résultats en hausse au 1er semestre 2021

Les fondamentaux de la banque Crédit du Maroc sont solides. Au premier semestre 2021, tous les indicateurs sont au vert, confirmant ainsi sa bonne santé financière et commerciale.

La filiale du groupe Crédit Agricole France renoue avec les résultats positifs et la rentabilité. A fin juin 2021, le produit net bancaire (PNB) consolidé de Crédit du Maroc est en hausse de 0,7%, à 1.206,8 millions de dirhams. Cette évolution est portée principalement par la marge nette d’intérêt, qui augmente de 3% à fin juin 2021 par rapport au premier semestre 2020, profitant de l’accroissement des encours et de la poursuite de l’optimisation du coût de la ressource. La marge sur commissions est en léger repli de 0,2% sous l’effet de la réduction de l’activité de courtage de la filiale CDM Capital.

Hors cet effet, la marge sur commissions s’accroît de 1,9%. Le résultat des opérations de marché est en retrait de 10,4% et atteint 95,7 millions de dirhams. Cette réduction, atténuée toutefois par un résultat de change favorable, est principalement liée à l’activité obligataire, affectée par un recul des volumes lié à l’atonie de la demande et à la faible activité du marché primaire. Autre grand indicateur en hausse: Le résultat net part du groupe Crédit du Maroc s’établit à 278 millions de dirhams, contre 24 millions de dirhams sur la même période de 2020.

Charges d’exploitation
Ce n’est pas tout. Les fonds propres consolidés du groupe Crédit du Maroc s’établissent à 6.724 millions de dirhams. L’endettement de Crédit du Maroc s’élève à 1.518,0 millions de dirhams, en recul de 28% par rapport à juin 2020. Cette baisse est due notamment à un remboursement de dette subordonnée pour un montant de 500 millions de dirhams.

Le résultat brut d’exploitation progresse de 10,8% à 554,7 millions de dirhams grâce à la diminution de 6,6% des charges générales d’exploitation. Les charges du premier semestre 2020 intégraient le don du Crédit du Maroc au fonds spécial pour la gestion du Covid-19 pour un montant total de 85 millions de dirhams.

Retraitées du don, les charges d’exploitation sont en hausse de 6,4% sous l’effet des amortissements (+13,7%) relatifs à l’effort d’investissement de Crédit du Maroc dans le cadre de son projet d’entreprise Tajdid 2022. Crédit du Maroc a, par ailleurs, engagé sur le premier semestre 2021 un montant total de 118 millions de dirhams d’investissements dont l’essentiel a été dédié au nouveau siège. Le coefficient d’exploitation du premier semestre 2021 s’établit à 54%, en baisse de 430 points de base.

Crédit du Maroc voit son coût du risque consolidé diminuer significativement de 84,8% par rapport au premier semestre 2020 pour atteindre 66,6 millions de dirhams. Ce coût du risque intègre notamment la reprise d’une provision importante liée à un ancien litige consécutivement à la décision de la Cour d’appel de renvoi. Dans la continuité de sa politique de gestion des risques prudente, Crédit du Maroc a renforcé son provisionnement crédit avec un taux de couverture de 93,3% à fin juin 2021. Une stratégie menée par le président de la banque, Bernard Muselet, et qui se révèle pour l’heure payante et en conformité avec le plan stratégique Tajdid 2022.