CGAM Hssabe 970X250

Le Covid-19, premier risque d'entreprise au Maroc en 2021

Baromètre 2021 d'Allianz Global Corporate & Specialty

Le Covid-19, les évolutions de marché et l’interruption d’activité sont les trois principaux risques d’entreprise au Maroc en 2021. C’est ce que révèle un rapport que sur les risques d’entreprise dans le monde que vient de publier Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS).

Fortement impactées par le Covid-19 en 2020, plusieurs sociétés marocaines demeurent pessimistes pour 2021. 58% des top managers estiment que la pandémie constitue le premier risque pour leurs activités durant l’année en cours, selon la 10e édition du baromètre annuel sur les risques d’entreprise dans le monde publié par Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS). S’en suivent les évolutions de marché et l’interruption d’activité cyber qui ont été citées respectivement par 42% et 38% des dirigeants sondés.

Ces résultats émanent d’une enquête réalisée par l’organisme auprès de 2.769 dirigeants d’entreprises, principalement des directeurs généraux, gestionnaires de risques, courtiers et assureurs présents dans 92 pays, dont le Maroc. D’après Joerg Weber, directeur général d’Allianz Maroc, «il était prévisible que le risque pandémique occupe la tête du classement dans le pays.

Mais avec un poids de 58%, nous pouvons déduire le degré d’appréhension face à la poursuite des mesures restrictives liées à la Covid-19 en 2021. Ces dernières continueront de ralentir la dynamique économique, ce qui pèsera lourd sur l’ensemble des secteurs».

Menaces cyber-sécuritaires
Le risque sanitaire, qui était scotché à la 16e place durant les neuf précédentes éditions, a fait un bond de 15 places dans le classement global pour représenter aujourd’hui la deuxième plus grande menace pour les entreprises dans le monde, derrière les interruptions d’activité, selon 40% des dirigeants d’entreprises. Les incidents cyber ferment le podium. Ils occupent la première place dans 16 pays, et figurent dans le trio de tête sur tous les continents.

Seuls le Japon, la Corée du Sud et le Ghana font figures d’exception, précise le rapport. «La pandémie de Covid-19 nous rappelle que la gestion du risque et de la continuité de l’activité doit encore évoluer, afin d’aider les entreprises à se préparer et à survivre aux événements extrêmes.

Si la pandémie continue de toucher de plein fouet tous les pays du monde, nous devons aussi nous préparer à des scénarios de catastrophes “extrêmes” plus fréquents, tels qu’une panne de Cloud ou une cyber attaque à l’échelle mondiale, des catastrophes naturelles dues au changement climatique, voire l’apparition d’une autre maladie», prévient Joachim Müller, directeur général d’AGCS.

Les menaces cyber-sécuritaires sont un des risques majeurs pour les entreprises, d’après plusieurs responsables interrogés, notamment à cause de l’adoption du télétravail. «Les hackers innovent en utilisant des scanners de vulnérabilités pour identifier les failles de sécurité, en attaquant les routeurs moins protégés ou même en créant des deepfakes (contenus médias truqués à l’aide de l’intelligence artificielle)», constate Catharina Richter, responsable mondiale du Centre de compétences cyber d’Allianz chez AGCS.