Le covid-19 ferme plus de 2.250 établissements scolaires au maroc

Situation sanitaire dans les écoles

Beaucoup s’inquiètent du risque de décrochage des élèves issus des milieux défavorisés à cause du Covid-19. Avec l’aggravation de l’épidémie dans notre pays, le secteur de l’Education affronte certainement l’une des pires crises de son histoire.

Malgré tout ce que l’on peut dire, les écoles au Maroc ne semblent pas encore gravement touchées par le Covid-19. Le ministre de l’éducation nationale, Saïd Amzazi, a dévoilé, mercredi 21 octobre 2020, la situation sanitaire dans les écoles. Ainsi, les contaminations ont touché 1.708 étudiants, 1.767 enseignants, 289 cadres administratifs et 187 autres cadres pédagogiques. 10 autres établissements d’enseignement scolaire dans le secteur public et privé ont été fermés cette semaine. Ce qui porte le nombre d’établissements fermés à 2.250 dans les deux secteurs. On est actuellement à environ un million d’élèves dont les écoles sont fermées sur les quelque 7 millions qui devaient faire leur rentrée scolaire en septembre.

Des décisions incompréhensibles
L’enseignement à distance a ainsi été imposé dans tous les établissements situés dans les quartiers fermés ou classés comme foyers épidémiques et pour tous les enfants venant de familles contaminées.

Le lycée Lyautey, à Casablanca, qui compte près de 4.000 élèves, a annulé sa rentrée en présentiel suite aux restrictions imposées dans la ville, tandis que le lycée Descartes de Rabat, où sont scolarisés près de 2.500 élèves, a fermé ses portes début octobre après la détection de cas de contamination parmi le corps professoral. Avec le chaos généré fin juillet par l’annonce de sévères restrictions de déplacements touchant plusieurs villes à la veille de la grande fête religieuse de l’Aïd Al Adha, puis, début septembre, la fermeture surprise des établissements scolaires de Casablanca la veille de la rentrée, la presse et les réseaux sociaux pointent «le ras-le-bol des Marocains» face à des «décisions hâtives, incompréhensibles et parfois contradictoires».

Beaucoup s’inquiètent aussi du risque de décrochage des élèves issus des milieux défavorisés, en droite ligne avec de récentes études réalisées par les ONG internationales selon lesquelles l’enseignement à distance a exacerbé les inégalités sociales. Alors que la rentrée dans les universités a été décalée à fin octobre, la fermeture des frontières asphyxie le secteur universitaire, qui avait vu les effectifs d’étudiants étrangers passer de 3.289 en 2010 à 7.941 en 2019, venant majoritairement d’Afrique subsaharienne.

Avec l’aggravation de l’épidémie dans le monde, le secteur de l’Education affronte l’une des pires crises de son histoire. D’où le renforcement des protocoles sanitaires avec la mise en place de dispositifs de contrôle plus sévères pour permettre une meilleure protection des élèves et des enseignants contre le virus.


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger