CGAM Hssabe 970X250

Le Covid aura un impact durable sur les systèmes de santé mondiaux

Un virus qui a la peau dure

Selon l’OMS, certains malades remis du nouveau coronavirus peuvent continuer à afficher pendant des mois des symptômes, sous forme d’une fatigue extrême, des difficultés respiratoires ou des troubles neurologiques et cardiaques parfois très sévères.

“Nous savons que cette affection post-Covid-19 -certains patients et cliniciens l’appellent aussi la Covid longue- est un groupe hétérogène de symptômes qui se produisent après la phase aiguë de la maladie”, a déclaré la Dre Janet Diaz, lors d’une conférence de presse qui a eu lieu à Genève, le vendredi 12 février 2021, au siège de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ajoutant que cette persistance des symptômes, appelée «Long Covid», aura un impact sur les systèmes de santé mondiaux.

Si quelques études commencent à lever un coin du voile, on ne sait toujours pas vraiment pourquoi certains malades atteints du nouveau coronavirus affichent ensuite pendant des mois des symptômes, affirme l’OMS, relevant qu’il s’agit généralement d’une fatigue extrême, des difficultés respiratoires ou des troubles neurologiques et cardiaques parfois très sévères.

Citant des symptômes signalés telles que des maladies neurologiques et physiques, la Dr Diaz a noté qu’un nombre indéterminé de malades n’avaient pas pu retourner au travail, une fois qu’ils s’étaient remis de la maladie aiguë causée par le nouveau coronavirus. «Nous sommes évidemment préoccupés par le nombre de patients infectés par le virus du SRAS-CoV-2, que les chiffres ... juste par l’ampleur de la pandémie, auront un impact sur les systèmes de santé» a-t-elle fait savoir.

Bien que des données complètes sur cette maladie ne soient pas encore disponibles, la responsable de l’OMS a insisté sur le fait que «ces (symptômes) étaient réels». «Certains des maux les plus courants étaient la fatigue, l’épuisement ou le dysfonctionnement cognitif, ainsi que ce que certains patients appelaient le brouillard cérébral», a estimé la Dre Diaz, décrivant une «constellation de symptômes».

Dysfonctionnement cognitif
D’autres recherches sont également nécessaires pour déterminer combien de personnes souffrant de Covid-19 qui n’ont pas eu besoin de soins intensifs ont continué à développer cette maladie, affirme la même source. Mais la semaine dernière déjà, l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU avait relevé des études disponibles sur le sujet, qui montraient qu’environ 10% des malades ont des symptômes un mois après avoir été infectés. Et à ce stade, l’OMS n’a pas une idée sur la durée pendant laquelle ces symptômes peuvent persister.

«Ce qui est déconcertant avec la Covid longue, c’est que le profil des patients qui en souffrent ne se superpose pas avec les profils les plus vulnérables. Cela frappe des gens qui ont été malades de la Covid à divers degrés, et inclut également des gens plus jeunes», y compris des enfants, avait expliqué la Dre Diaz.

«Ce que nous savons jusqu’à présent, c’est que les patients souffrant d’un état post-Covid-19 auraient pu être hospitalisés, ceux qui se trouvaient dans l’unité de soins intensifs», a-t-elle dit aux médias ce vendredi à Genève. A ce sujet, l’agence onusienne rappelle que cela s’est produit chez des patients très malades, mais aussi chez des patients qui n’étaient pas pris en charge à l’intérieur de l’hôpital. Décidément, la covid-19 est de ces virus qui ont la peau dure.