POUR UNE COUVERTURE UNIVERSELLE

LE MINISTÈRE DE LA SANTÉ SIGNE DEUX CONVENTIONS DE PARTENARIAT

Unifier les efforts de toutes les parties intervenant dans le secteur de la santé afin de servir le citoyen.

Dans une déclaration à la presse, le samedi 10 octobre 2020, le ministre de la Santé, Khaled Aït Taleb, n’a pas manqué de mettre l’accent sur l’importance des 2 conventions de partenariat signées le jour meme, respectivement entre son ministère et le Groupement interprofessionnel de développement et de sécurité (GIPSI) et la Fédération nationale de la santé (FNS), d’une part, et l’Agence nationale de l’assurance maladie (ANAM) et la FNS, d’autre part.

Conventions de partenariat qui visent «à promouvoir des normes et des démarches de management de la santé et la sécurité au travail dès lors qu’elles réunissent les systèmes de santé dans les secteurs public et privé, dans toutes leurs composantes, tout comme elles consolident les valeurs de solidarité et de confiance».

En effet, la première convention liant le ministère et le GIPSI à FNS, a, pour objectif, d’assurer la protection sanitaire au travail ainsi que le renforcement du dialogue interprofessionnel et du partenariat public-privé pour l’atteinte de la couverture de santé universelle.

Quant à la seconde convention, signée avec l’ANAM et la FNS, elle vise ni plus ni moins que «l’atteinte de la couverture de santé universelle à l’horizon 2022 et la contribution à la mise en oeuvre des programmes de prévention et de l’organisation de l’offre de soins, conformément à la politique générale de l’État et aux projets stratégiques de l’ANAM et ce, en faveur d’une régulation optimale des régimes de l’assurance maladie obligatoire de base». Ces deux conventions sont d’autant plus importantes qu’elles réunissent, dit le ministre, les systèmes de santé dans les secteurs public et privé, dans toutes leurs composantes, tout comme elles consolident les valeurs de solidarité et de confiance qui ont émergé en ces temps de pandémie.

Rôle primordial
Il s’agit, a-t-il dit, «d’unifier les efforts de toutes les parties intervenant dans le secteur de la santé afin de servir le citoyen», en adhérant aux chantiers conduits par le ministère de la Santé, mais aussi en vue de surmonter la crise d’appartenance et de l’action fragmentée.

Pour sa part, le président de la FNS, Moulay Saïd Afif, a indiqué que la première convention s’inscrit dans le cadre du renforcement de la sécurité au travail, surtout que «la pandémie a nettement mis en avant le rôle primordial des usines en termes de promotion de l’activité économique».

Quant à la seconde convention, elle vise à «alléger les coûts pour les assurés et à encourager le recours aux médicaments génériques afin de rationaliser les dépenses». De son côté, le vice-président du GIPSI, Khalid Missaoui, n’a pas manqué de relever que la convention signée entre le ministère de la santé et le Groupement vise à «fédérer les efforts pour renforcer le système de santé et de sécurité au travail, notamment en fournissant les conditions optimales de travail et de prévention sanitaire dans les usines.


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger