Les cours en ligne : Nouvelle arme des bacheliers marocains

Face aux examens, les élèves marocains se tournent de plus en plus vers les cours en ligne. Flexibles, accessibles et économiques, ces nouveaux outils pédagogiques transforment l’éducation et offrent aux étudiants une alternative efficace pour atteindre l’excellence académique.


Il est 21 heures à Taza.Samia, une élève en deuxième année baccalauréat option sciences de la vie et de la terre, s’apprête à rejoindre son cours de physique en ligne après une longue journée passée à l’école. Assise dans sa chambre, son ordinateur portable ouvert devant elle, elle attend que son professeur, basé à Casablanca, commence son live sur YouTube. La fatigue de la journée se lit sur son visage, mais sa détermination est palpable.

C’est une scène devenue régulière dans les foyers marocains à l’approche des examens, notamment du baccalauréat. Un phénomène qui prend de l’ampleur : les cours en ligne, via WhatsApp, YouTube, Telegram et des plateformes dédiées. Certes, l’accès à l’éducation de qualité a toujours été une préoccupation majeure pour les familles marocaines, souvent prêtes à investir des sommes importantes dans les cours particuliers pour assurer la réussite de leurs enfants. Mais la montée en puissance des cours en ligne change la donne. «Avec quatre enfants à la maison, les cours particuliers étaient un véritable casse-tête financier», confie Leila, mère de deux lycéens à Rabat. «Maintenant, ils suivent des cours en ligne, c’est beaucoup plus abordable et flexible.»


Flexibilité
En effet, la flexibilité des cours en ligne est l’un des principaux atouts cités par les élèves. Sara, une élève en première année baccalauréat à Casablanca, témoigne «Je peux suivre les cours quand je veux, même en pleine nuit si besoin. Cela me permet de mieux gérer mon emploi du temps, surtout avec le stress des révisions.» Les chaînes sur youtube, instagram et même des groupes WhatsApp dédiés, offrent une variété de contenus accessibles à tout moment. Face à cette demande croissante, les enseignants adaptent leurs méthodes. Imad,B , enseignant de mathématiques à travers un groupe whatsapp nous raconte : «Au départ, je me suis lancé par curiosité. Je me suis dit que ça ne coûterait rien d’essayer. Aujourd’hui, j’ai des centaines d’élèves qui me suivent régulièrement en ligne.» Il utilise des vidéos interactives, des quiz en temps réel et des sessions de questions-réponses pour rendre ses cours plus engageants.

L’essor des cours en ligne est également porté par l’évolution technologique. Les enseignants se tournent vers des méthodes modernes, utilisant des animations, des graphiques et des simulations pour rendre les leçons plus vivantes. «Les vidéos sont beaucoup plus claires et visuelles que les cours traditionnels. On comprend mieux et plus rapidement», affirme Nadia, une élève de Rabat.

C’est pourquoi les followers de ces enseignants dépassent les milliers de followers. Le Pr. Harti AYoub, enseignant de physique/chimie frôle les 700.000 followers rien que sur instagram, Pr Hasnae, qui présente sur sa page “exercise-with-Hasnae” des conseils pédagogiques pour les différentes matières, a quand à elle un public sur instagram qui dépasse les 582.000 followers et propose des cours particuliers en ligne, à partir de 200Dh par matière. Plus accessibles, moins coûteux et souvent plus engageants, les cours en ligne représentent une bouffée d’air frais pour des milliers d’élèves stressés par les révisions. Reste à voir comment ces nouvelles pratiques évolueront dans les années à venir, mais une chose est sûre : le numérique a désormais une place de choix dans l’éducation marocaine.

Articles similaires