Corruption: Fakhir dans la tourmente



L’entraîneur Mhamed Fakhir a été menacé de mort par les supporters de son club de l’AS FAR après les accusations de corruption portées à son encontre par son capitaine Youssef Kaddioui.

Mhamed Fakhir est, pour la deuxième fois de sa carrière, accusé de corruption par un de ses joueurs. Son capitaine à l’AS FAR, Youssef Kaddioui, a mis en doute dans un enregistrement qui lui est attribué et diffusé sur les médias sociaux le 8 novembre l’éthique de l’entraîneur et ancien sélectionneur. D’après le joueur, Fakhir alignerait des éléments de la formation militaire tels le défenseur Ismail Belmaalem et l’attaquant Abdelghani Mouaoui simplement parce qu’il en recueillerait de l’argent, alors que les concernés produiraient depuis le début de la saison des performances en deçà de la moyenne, ce qui expliquerait par ailleurs les piètres résultats de l’équipe (onzième du classement général, avec seulement deux victoires en sept matchs et huit points recueillis).

Ce serait, selon Kaddioui, l’entraîneur adjoint de l’AS FAR, en l’occurrence Mustapha Chadli, qui serait chargé de recueillir auprès des joueurs cet argent, qui dans certains cas s’élèverait à plusieurs dizaines de milliers de dirhams. Fakhir a démenti, dans sa première réaction aux médias, ces allégations. Pour sa part, Kaddioui, s’il a reconnu avoir récemment parlé à un supporter de l’AS FAR -l’enregistrement proviendrait d’une discussion téléphonique-, il a nié avoir porté des accusations de corruption contre son entraîneur. Le mal semble, cela dit, fait. Face à l’Ittihad de Tanger, match pour lequel Kaddioui n’a d’ailleurs pas été convoqué, les supporters ont déployé une banderole à l’adresse de Fakhir, en l’accusant de trahison et en l’appelant à rendre son tablier au risque de devoir «préparer sa tombe», soit une menace de mort claire et nette. L’entraîneur a, depuis, porté plainte contre X.

Menace de mort
Des sources médiatiques font par ailleurs état d’une médiation entre Fakhir et Kaddioui du président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaâ, qui se serait rendu en compagnie du général Mohamed Haramou, président de l’AS FAR, au Complexe sportif des FAR dans la journée du 10 novembre pour aplanir les choses entre les deux hommes. Déjà, en septembre 2013, l’entraîneur avait eu à faire face aux accusations de son ancien joueur au Raja, Elamin Erbate, qui avait affirmé dans une interview au quotidien Al-Massae qu’il avait personnellement servi d’entremetteur avec les joueurs d’autres équipes pour arranger des rencontres. L’intéressé avait été condamné pour diffamation quelques mois plus tard.

Le championnat national a, ces dernières années, été éclaboussé par une série d’affaires de corruption, telle celle où avait trempé en mai 2013 quatre joueurs du Raja de Béni Mellal lors du dernier match de la saison face au KAC. Passés respectivement par le Raja et le Wydad, le Français Diego Garzitto et le Tunisien Faouzi Benzarti avaient également évoqués de possibles arrangements dans des interviews.

Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case