Coopération militaire: Le chef de l’armée israélienne au Maroc

Le rapprochement militaire maroco-israélien se poursuit. Depuis ce lundi 18 juillet 2022, le chef d’état-major de l’armée de l’État hébreu, Aviv Kohavi, se trouve dans le Royaume pour en rencontrer ses différents homologues.

Le programme exact de la visite n’a pas été révélé, mais on sait que le concerné doit rester trois jours et que ce n’est donc que le mercredi 20 juillet 2022 qu’il repartira. Aussi, on peut imaginer que différents accords devraient être signés, à l’instar de celui relatif à la coopération sécuritaire qui avait été conclu fin novembre 2021 lors de la visite du ministre de la Défense israélien, Benny Gantz.

Pour rappel, ce dernier accord avait été le premier du genre signé par Israël avec un pays arabe, ce qui en dit long sur l’état d’évolution des relations bilatérales depuis que celles-ci ont été rétablies en décembre 2020 sous l’égide des États-Unis, dans le cadre des accords d’Abraham. Et cela n’est surtout pas pour plaire à l’Algérie, dont certains dirigeants semblent estimer que l’accord de coopération bilatérale sera de nature à donner un avantage décisif aux Forces armées royales (FAR) dans les trois ans, comme s’en était inquiété, quelques jours après sa signature, un autoproclamé “faucon” algérien dans le journal français L’Opinion (lequel faucon s’était prononcé en faveur d’une guerre à l’encontre du Maroc avant qu’à ses yeux il ne soit trop tard).

Il faut dire que l’armée marocaine profite notamment pleinement de l’expertise militaire israélienne en matière d’armement, spécialement en ce qui s’agit de l’utilisation des drones qui lui a donné un avantage décisif sur le Front Polisario dans sa guérilla lancée en novembre 2020. Un de ces drones avait notamment permis d’éliminer, en avril 2021, le chef de la “gendarmerie” du mouvement séparatiste, à savoir Dah El Bendir. En outre, l’armée israélienne a, pour la première fois depuis ses débuts en 2008, pris part cette année à l’étape marocaine de l’exercice African Lion, qui se tient chaque année sous les auspices de l’Africom, le commandement des États-Unis pour l’Afrique.

M. Kohavi aura à l’évidence au cours de son déplacement bien du pain sur la planche.