Consommation durant le Ramadan: Des denrées partout, et pour tous !

Le marché national dispose de produits de bases abondants et diversifiés, notamment ceux très prisés durant le Ramadan. Une assurance donnée par le ministère de l’Intérieur, à deux semaines du mois sacré.

Ventre affamé n’a point d’oreilles. Les jeûneurs du Ramadan ne me contrediraient pas. Le ministère de l’Intérieur l’a compris et tente de les rassurer. Dans un communiqué publié mardi 23 mars, il affirme que «l’état d’approvisionnement actuel et prévu lors des semaines et mois à venir est caractérisé par une offre abondante et diversifiée qui répond aux besoins des citoyens à travers tout le Royaume en termes de produits de base, qu’ils soient locaux ou importés, en particulier ceux qui sont très prisés à l’occasion du mois de Ramadan, et ce, grâce à la bonne préparation et aux efforts consentis par les producteurs, fournisseurs, distributeurs et commerçants, et aux mesures d’accompagnement adoptées par les autorités publiques à cet égard». D’après le ministère, ces données ont été fournies par les responsables des secteurs ministériels, des institutions publiques et les rapports réalisés dans les différentes provinces et préfectures sur la base d’enquêtes et de recherches sur le terrain.

Organes de contrôle
Pas d’inquiétude aussi sur les prix des principales denrées alimentaires, jugés «stables» et qui sont restés à leurs niveaux normaux, souligne le ministère, avec des variations relatives enregistrées dans les prix de certains produits par rapport à la même période de l’année dernière, comme la baisse relative enregistrée dans les prix des légumes, des viandes rouges, des légumineuses et des fruits secs, et l’augmentation relative enregistrée dans les prix des huiles alimentaires, de la viande blanche et des oeufs. Une précision de taille dans ce contexte économique très difficile pour de nombreux ménages.

Le département de Abdelouafi Laftit invite tout de même les pouvoirs publics, notamment les walis et gouverneurs ainsi que les commissions régionales et locales et les organes de contrôle, à effectuer des contrôles sur les marchés du Royaume pour prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter la hausse des prix et un défaut d’approvisionnement. Un travail qui sera fait en coordination avec les chambres professionnelles, les associations des commerçants et les associations de protection du consommateur.

Pour faciliter ce processus, le ministère a demandé aux autorités compétentes d’activer des lignes téléphoniques et des cellules de permanence au niveau des préfectures, provinces, et les services compétents, pour recevoir et traiter les dénonciations et les réclamations des consommateurs, des commerçants et des membres de la société civile sur l’approvisionnement, la qualité, les prix et toute pratique illégale qui pourrait perturber le cours normal des marchés ou constituer un danger pour la santé et la sécurité des citoyens.

Articles similaires