Conseil de paix de l'UA: Le Maroc insiste sur des élections libres et crédibles en Afrique


Le Maroc a insisté, vendredi à Addis-Abeba, devant le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) sur la nécessité de veiller à garantir des élections libres, équitables, pacifiques, démocratiques et crédibles dans le continent africain.


"Afin de préserver les acquis démocratiques, durement gagnés, au cours des trois dernières décennies en Afrique, il est vital de veiller à garantir des élections libres, équitables, pacifiques, démocratiques et crédibles", a souligné l’ambassadeur, représentant permanent du Royaume auprès de l’UA et la CEA-ONU, Mohamed Arrouchi, lors d’une réunion du CPS consacrée à l’examen du rapport sur l’organisation et la conduite des élections en Afrique.

Pour ce faire, "notre délégation croit fermement que des actions en faveur d’élections participatives, transparentes et ouvertes doivent être menées et encouragées afin d’assoir une gouvernance politique et une démocratie électorale dans le continent, conformément aux objectifs stratégiques tracés par l’Agenda 2063", a ajouté le diplomate marocain.

Une des actions clés à mener dans ce sens est l’observation des élections, qui constitue un outil incontournable dans la réussite du processus électoral, a relevé Arrouchi, ajoutant qu’il n’est pas uniquement question de combattre la fraude et de redresser les erreurs constatées, mais il est surtout question de préserver la légitimité et la crédibilité du processus électoral.

C’est dans cet esprit que le département des Affaires politiques, de la paix et de la sécurité (PAPS) a co-organisé avec le Royaume du Maroc le 1er atelier de formation spécialisée pour les observateurs électoraux à court terme de l'UA, en juin 2022 à Rabat, afin de renforcer la capacité de l'UA à observer les élections en Afrique, a rappelé le diplomate marocain.

Cette formation, initiée et organisée, pour la première fois, par un Etat membre de l’UA, reflète la ferme volonté du Maroc de contribuer effectivement au renforcement des capacités de la Commission de l’UA, notamment en matière de gouvernance politique et de démocratie électorale, a souligné Arrouchi.

Articles similaires