Condamnation unanime de l’accueil par l'Espagne du chef du Polisario

Les partis politiques marocains crient au scandale

Dans un communiqué conjoint, neuf partis politiques dénoncent la complicité des autorités espagnoles pour recevoir Brahim Ghali, en violation totale de la loi. Au sein du PSU, Nabila Mounib a été critiquée pour sa démarche.

Une première au Maroc! A l’invitation du secrétaire général du gouvernement, tous les partis politiques représentés au Parlement se sont réunis samedi 8 mai 2021. Une rencontre qui a débouché sur la publication d’un communiqué conjoint, dans lequel ils déclarent, à l’unanimité, désapprouver et condamner l’accueil par l’Espagne du chef des milices du Polisario, Brahim Ghali.

Les partis signataires considèrent cet accueil comme un acte inacceptable, une provocation pure et simple contre le Royaume du Maroc, et contraire à l’esprit de partenariat et de bon voisinage, surtout que cette personne est «accusée de crimes de guerre et de violations flagrantes des droits de l’Homme des personnes détenues dans les camps de Tindouf».

Ils affirment, ainsi, leur engagement constant derrière le Roi Mohammed VI pour défendre l’intégrité territoriale du Royaume, qui fait l’unanimité nationale, dénoncent la complicité des autorités espagnoles pour recevoir une personne hostile au Royaume du Maroc, en violation totale de la loi et expriment leur rejet des justifications et excuses présentées par certains responsables du gouvernement espagnol.

Aussi, les neuf partis expriment leur conviction que l’Espagne a souffert et souffre du séparatisme et de ses conséquences désastreuses pour sa stabilité et son unité, et qu’aucun parti marocain n’a soutenu de positions ou d’actions contre l’Espagne. Ils appellent par conséquent le gouvernement espagnol à définir clairement sa position et réitèrent leur conviction que Brahim Ghali devrait être poursuivi par la justice espagnole pour les actes criminels commis.

Message clair
Cette initiative inédite, du fait que des partis politiques de la majorité et de l’opposition signent un seul et même document, n’a pas été du goût de Mohamed Hafid, secrétaire général adjoint du PSU (Parti socialiste unifié). Ce dernier a déclaré que le bureau politique du parti ne l’a pas consulté au sujet de cette déclaration commune et qu’il n’a eu connaissance de sa publication qu’après sa diffusion dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Même avis de la part de Mustapha Chennaoui, parlementaire PSU. Les deux ne rejettent pas le contenu du communiqué mais considèrent que l’initiative aurait dû être prise par les partis eux mêmes et non par le gouvernement et que Nabila Mounib, la secrétaire générale du PSU, aurait dû respecter les procédures internes du parti. Quoi qu’il en soit, le communiqué a le mérite d’avoir envoyé un message clair à la classe politique espagnole: la marocanité du Sahara est sacrée.