Concert à Casablanca : Ganga Vibes fait son «come-back»

Revivre, produire et partager de nouvelles choses avec le public, résume Mahmoud ce retour qui n’a rien de nostalgique.


Le dernier concert à Casablanca au Boulvard, fin 2023, ressemble à des retrouvailles d’anciens camarades. «Ils sont revenus», s’exclame une jeune d’une vingtaine d’années qui semble connaître par coeur les chansons de Ganga Vibes.

Ce soir-là, le public reprend en choeur «Pense», «Le peuple est en colère» et «Bless» les tubes les plus connus de ce groupe de ska et reggae marocain. Ce dernier «Bless» que l’on nomme aussi «Marocain-e-s et fier-e-s» est un morceau intemporel qui incarnerait l’hymne de toute une génération de rêveurs avec une voix libre, des paroles révélatrices, puissantes et authentiques. Ce chant à lui seul véhicule l’engagement d’un Maroc jeune, libre et créatif qui veut avancer et servir son pays. L’idée est de ne plus jouer ensemble a fait son chemin. Ganga Vibes s’est retiré de la scène marocaine.

Mais la période de la crise sanitaire a eu gain de cause sur les musiciens. Le monde entier a changé avec le Covid, et pourquoi pas eux ? Ils se sont retrouvés chacun chez lui, dans sa solitude, pour se souvenir des temps passés ensemble. Ce n’était juste que question de temps. «C’était bien avant le boulevard» précise Mahmoud le chanteur, et de poursuivre : «Après un arrêt définitif et le retrait de la scène, nous avons repris la musique en tant que groupe. Pendant le confinement, tout était au standby. Les musiciens chômaient. Et nous avons commencé à se demander les nouvelles des uns et des autres. Et évidemment, nous étions tous d’accord que les plus belles années que nous avons vécu ensemble par le passé était au sein de Ganga Vibes. Nous avons commencé à travailler et à enchainer des concerts dans des salles à Casablanca, à l’Uzine, à Rabat au Complexe Mohammed V ou au cinéma la Renaissance. Nous avons fait plusieurs scènes et rejoué notre répertoire pour un public composé par des fans de la première heure et beaucoup de de jeunes qui n’ont jamais assisté à nos concerts».


Reggae marocain
Revivre, produire et partager de nouvelles choses avec le public, résume Mahmoud ce retour qui n’a rien de nostalgique. «Le Boulvard était notre plus grosse scène en 2023, juste après celle de Taghazoute Surf Expo, qui est devenue maintenant une scène urbaine où évoluent des groupes rock ou fusion marocains. Cela nous a permis de rencontrer un public qui ne connaît pas notre musique. Nous avons joué un concert de plus d’une heure pour présenter au public notre identité actuelle. Même esprit et même essence sauf que le format a un petit peu changé.» Mahmoud parle de ce pari réussi grâce au public et au réseau sociaux. Ces derniers ont joué le rôle d’amplificateur de leur répertoire malgré le retrait. «C’est beau qu’il y ait l’interaction avec les fans qui est d’ailleurs toujours au rendez-vous. Ils chantent avec nous les textes qui leur parlent, nous demandent tel ou tel morceaux écoutés sur les réseaux.

Cela m’a bien marqué et bien surpris. Avant l’avènement des réseaux, il n’y avait pas cette interaction avec eux car notre musique n’est pas grand public. On ne fait pas des variétés. C’est du reggae marocain avec les paroles inspirées de notre quotidien et pas de la musique «mainstream» avec des clips qui tournent en boucle. Quand on voit des jeunes qui chantent nos morceaux cela nous motive à travailler plus et mieux et continuer notre mission d’élargir cette prise de conscience pour un monde meilleur et pour sortir d’autres nouvelles chansons».

D’autres projets sont en cours pour cette année pour Ganga Vibes sans trop pression, selon leur leader Mahmoud. «Produire de la musique et prendre le temps car chacun de nous a une vie personnelle. Nous enregistrons des chansons avec nos moyens propres et d’autres partenaires. On fait ce que nous pouvons bien gérer. On cherche à aller doucement car nous avons tous des engagements à respecter mais s’il y a des dates pour rencontrer notre public nous allons les discuter ensemble.

Nous avons joué un concert caritatif pour la Fondation Aicha Chenna que Dieu ait pitié de son âme, en faveur des femmes célibataires, juste après le Boulvard». Ganga Vibes a participé également à «Solid’Art » en mois d’octobre dernier à l’Uzine avec plusieurs artistes Hoba Hoba Spirit, Madd, Mobydick, Shobee, Betweenatna et Thrillogy pour soutenir les victimes du tremblement de terre d’Al Haouz.

Articles similaires