Comment les Marocains prennent goût à l'amour "Fast Food" ?

APPLICATIONS DES RENCONTRES, TINDER, HAPPN...

Si vous vous y inscrivez, ce n’est pas pour trouver l’homme ou la femme de votre vie. À l’instar de plusieurs pays, le Maroc a accueilli depuis quelques années les applications de rencontres qui fonctionnent par géolocalisation, bouleversant ainsi les codes amoureux des Marocains.

Grâce à Tinder, Happn, Grinder… Il suffit d’un clic, pour trouver la jolie fille ou le bel homme qui habite à quelques km de chez vous. Pas besoin d’un discours d’engagement, ces applications se basent sur le “trash dating”, (rendez- vous à la poubelle en français). Facilement téléchargeables et utilisables sur les smartphones, ces sites de rencontre ont permis aux Marocains et aux Marocaines de vivre librement… mais discrètement leur sexualité.

Utilisées pour trouver la personne vous permettant d’oublier une lourde rupture, ou pour repérer une belle femme qui cherche à partager une expérience intime sans engagements, ces applications apparues depuis quelques années au Maroc ressemblent de plus en plus à des bordels électroniques. Du “fast food” pour les utilisateurs qui n’ont pas envie de se prendre la tête comme pour les relations ordinaires. Je te matche, tu me matches et le tour est joué. Matcher veut dire concourir en français, cette option est mise en place par Tinder pour permettre aux utilisateurs de sélectionner les personnes pouvant les contacter. Critère de la sélection? Atouts physiques ou financiers. Avec l’explosion des applications de rencontres au Maroc, les jeunes et moins jeunes ont découvert la sexualité récréative. Ces sites garantissent un certain anonymat puisque l’on peut, par exemple, se présenter sous un pseudo ou encore mentir. Ce qui favorise une banalisation de la sexualité sans lendemain dans un pays où les coutumes des relations étaient auparavant claires.

“Il faut arrêter de se voiler la face! Au Maroc, plusieurs jeunes vivent de plus en plus leur sexualité sans se soucier des limites culturelles ou religieuses. À travers ces sites de rencontre, pas besoin de se mentir, ou de se promettre une relation à la vie à la mort, le but commun est de passer un bon moment en intimité et c’est une condition validée par les deux parties. Où est le problème?”, nous explique une utilisatrice de Tinder.

Bordels électroniques
Ces sites de rencontre ont conduit à la perte des formes élémentaires de respect et de courtoisie entre les hommes et les femmes. Malheureusement, cette démocratisation des relations sexuelles hors mariage impacte négativement la vie des couples qui souhaitent vivre une relation ordinaire. La facilité devient un fait et l’attente devient signe de problèmes de comportement. Ceci dit, si la présence sur ces applications façonne la perception des relations amoureuses chez nos jeunes, leur utilisation reste quand même taboue. “Mes copines marocaines refusent de dire qu’elles ont téléchargé Tinder ou qu’elles ont rencontré des hommes à travers cette application. C’est bizarre! Pourtant la plupart de mes connaissances au Maroc se sont déjà servis de l’une de ces applications pour dépasser un moment de solitude”, explique une utilisatrice de Tinder et Happn.

Baisse des mariages, hausse des trahisons conjugales… les codes amoureux ont beaucoup changé à travers ces applications. Aujourd’hui, dès que l’on éprouve de l’attirance pour une personne, ce n’est qu’une question de modalité avant de passer à l’acte. Pour se faire livrer un partenaire sexuel “take away”, rien de plus efficace que Tinder ou Happn au Maroc. Devenues une addiction pour certains Marocains, ces applications ont installé un manque d’engagement et d’implication se traduisant par une nette déformation de la relation homme-femme, qui subit une grave déformation de son contexte religieux, culturel et familial.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger