Le commanditaire de l'assassinat de "La Crème" arrêté à Dubaï

Fin de cavale pour Ridouan Taghi

Grand coup que celui que vient d’effectuer Interpol en mettant la main, le lundi 16 décembre 2019, sur le criminel néerlando-marocain Ridouan Taghi dans sa planque à Dubaï. Il faut dire que cela fait plusieurs années que ce dernier était demandé par la police néerlandaise, en raison de son implication dans de nombreux assassinats qui ont frappé, depuis le début de la décennie, plusieurs membres du milieu maroco-néerlandais de la mafia, communément désigné par le nom de «Mocro Maffia». Ces assassinats avaient notamment fait l’actualité au Maroc début novembre 2017 après le meurtre du fils du premier président près la cour d’appel de Beni Mellal au café «La Crème», à Marrakech, après avoir été pris par un membre de la «Mocro Maffia» qui était dans l’oeil de mire de ses compères, et c’est à cette occasion que la police marocaine s’en était saisie.

M. Taghi avait, dès lors, été identifié comme le commanditaire du meurtre et était depuis lors activement recherché. Agé de 42 ans, ce natif du village de Bni Selmane, dans la province de Chefchaouen, était ainsi considéré, au cours des dernières années, comme l’ennemi public n°1 aux Pays-Bas. Il s’était fait dès le début des années 1990, alors à peine adolescent, les dents au sein de la «Mocro Maffia», et dix ans plus tard était devenu un des principaux importateurs de drogue du pays des tulipes. A partir d’octobre 2012, il s’est impliqué dans la série de règlement de compte ayant fait suite à la disparition de 200kg de cocaïne dans la ville d’Anvers, en Belgique, appartenant à Samir Bouyakhrichan, un baron se faisant appeler «Scarface» en raison d’une cicatrice sous l’oeil droit consécutive à une bagarre dans une boîte de nuit et qui avait été assassiné fin août 2014 dans la ville de Benahavis, en Espagne.

La cocaïne avait en fait été retrouvée et saisie par la police belge, mais du fait de l’absence d’un communiqué de la part de cette dernière on a cru à un vol de la cargaison par une bande de truands belgo-marocains se faisant appeler les Tortues et qui, justement, avait échafaudé un plan pour mettre le grappin dessus. La suspicion s’est par la suite installée au sein de la «Mocro Maffia», et celle-ci continue à ce jour de prévaloir comme le démontre l’assassinat ce 12 décembre dans la ville d’Amstelveen, aux Pays-Bas, de Rachid Kotar, un ancien membre du clan de Bouyakhrichan.

En ce qui s’agit de «La Crème», M. Taghi visait en fait son propriétaire Mustapha El Fechtali, surnommé «Mous», et avait dans ce sens diligenté deux tueurs à gages, Edwin Martinez et Shardyone Semerel, pour l’exécuter. Ces deux derniers ont été condamnés à mort, le 26 juillet, par la justice marocaine. A la même occasion, El Fechtali avait écopé, lui, de quinze ans de prison ferme.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger