Le collectif “Hors-la-loi” organise un “deuil” en ligne pour Meriem, adolescente morte suite à un avortement clandestin

Le décès de Meriem, une adolescente de 14 ans, dans la nuit du 6 au 7 septembre à Boumia près de Midelt, à la suite d’un avortement clandestin, continue de susciter l’indignation. 

Mardi 20 septembre, plusieurs internautes ont décrété une journée de “deuil en ligne”, pour jeter la lumière sur cette affaire et pour relancer le débat sur la légalisation de l’avortement au Maroc. 

Cette campagne numérique a été initiée par le collectif féministe des “Hors-la-loi”, qui milite depuis quelques années pour le dépénalisation des “liberté individuelles” au Maroc, notamment l’avortement ou encore les relations hors mariage. 

 

Plusieurs personnalités dont des professeurs universitaires, des intellectuels et des journalistes participent à cette campagne, en partageant une image du hashtag #Meriem sur un fond vert, accompagnés de leurs réactions à ce drame et leur contribution au débat sur la question de l’interruption volontaire de grossesses (IVG) au Maroc.