La colère des transporteurs ne faiblit pas

La capacité des autocars passe de 50 à 75%

Le transport en commun des voyageurs comprend 1.600 entreprises, dont 88% disposent de moins de deux autocars. Il est de ce fait impossible, selon le ministre du transport, Abdelkader Amara, de réclamer la modernisation complète du secteur dans cette situation de crise.

Face à la montée en puissance des sociétés de transport interurbain, qui réclament une augmentation de la capacité autorisée des autocars, qui est limitée actuellement à 50% en raison de la crise sanitaire, le ministre de l’équipement, du transport et de la logistique, Abdelkader Amara, annonce que cette capacité sera augmentée à 75% dans les prochains jours. Une mesure qui s’impose pendant cette période de l’approche de l’Aïd Al Adha, où où le trafic routier atteint son apogée.

En réponse aux critiques dont il fait l’objet de la part des syndicats des transporteurs, qui l’accusent de vouloir étouffer un secteur laminé par la crise, le ministre affirme qu’il existe un problème de communication avec les représentations syndicales. Il souligne l’engagement ferme et irrévocable de son département pour atténuer les répercussions de la crise du Coronavirus sur le secteur du transport.

Des tarifs doublés
Le ministre indique, en outre, que des contrats-programmes ont été proposés unissant le secteur et l’Etat, représenté par les départements concernés par le transport avec toutes ses catégories, relevant que le transport commun des voyageurs comprend 1.600 entreprises, dont 88% disposent de moins de deux autocars. De ce fait, il est impossible, selon le ministre, de réclamer la modernisation des autocars de transport face à cette situation et aux ressources limitées disponibles.

Le ministre réitère ainsi sa disposition à présenter un contrat-programme qui comporte plusieurs dispositions répondant aux différentes problématiques dans la perspective de moderniser ce secteur, notant que la modification de la tarification du transport en commun des voyageurs doit s’inscrire dans le cadre de ce contrat, en prenant en considération la situation de tout un chacun.

Il faut dire que la plupart des sociétés de transport ont répercuté la baisse de la capacité sur leurs prix. Autrement dit, tous les prix, quelle que soit la destination, ont été doublés. Ce qui fait que les sociétés continuent à rentabiliser leurs voyages. Mais malgré cela, elles ne cessent de se plaindre au sujet des nouvelles conditions de voyage.

Au-delà d’une simple augmentation de capacité, le secteur du transport interurbain a besoin d’une refonte profonde et globale à même d’opérer la mise à niveau des petites entreprises qui possèdent moins de deux autocars. Car, à voir l’état dégradé de la carrosserie dans lequel circulent ces autocars, on les assimilerait facilement à des tombeaux à roulette qui mettent en danger la vie des voyageurs.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger