La cochenille à carmin ravage une large superficie dans plusieurs régions


Sérieuses menaces sur le cactus


La cochenille à carmin a causé de grands dégâts à la récolte du cactus et est connue par la rapidité de son extension. Actuellement, ce virus a infesté une large superficie, notamment dans les régions de Sidi Bennour, Rhmana, Settat, El Jadida et Safi.

Les figues de barbarie seront-elles disponibles cette année sur le marché? En tout cas, par rapport aux années précédentes, l’on constate un retard de disponibilité de ce fruit sauvage mais hautement apprécié par les Marocains. Et pour cause, il semble que la récolte soit menacée par la cochenille à carmin, un virus particulièrement féroce qui continue à infester le cactus national. Pour cela, une réunion d’urgence a été présidée, quelques jours avant l’Aïd, par le ministre de l’Agriculture et des Pêches maritimes, Aziz Akhannouch, consacrée à l’examen de cette situation agricole dramatique.

Cette réunion a connu la participation des directeurs centraux et régionaux concernés du département de l’Agriculture ainsi que de l’Agence de développement agricole, l’Office national de sécurité sanitaire et alimentaire (ONSSA), de l’Institut national de recherche agronomique (INRA) et de l’Office national du conseil agricole (ONCA). Depuis l’avènement du Plan Maroc Vert, une enveloppe de près de 500 millions de dirhams a été investie dans le développement de la filière du cactus, notamment pour la plantation de plus de 40.000 hectares, l’aménagement des pistes, la construction et l’équipement de 8 unités de valorisation. La culture du cactus couvre actuellement une superficie de 160.000 hectares, notamment dans les régions de Marrakech-Safi, Casablanca-Settat et Guelmim-Oued Noun.

Comité de vigilance
En 2015, un nouveau ravageur a été signalé pour la première fois dans la région de Sidi Bennour sur cette culture. Il s’agit de la cochenille à carmin, un ravageur spécifique au cactus qui ne constitue aucun danger ni pour l’homme ni pour les animaux. Ce ravageur cause de grands dégâts et est connu par la rapidité de son extension. Actuellement, les infestations concernent une large superficie, notamment dans les régions de Sidi Bennour, Rhamna, Settat, El Jadida et Safi. Afin de lutter contre ce ravageur, des mesures strictes sont déployées afin de lutter contre la cochenille, protéger les cultures de cactus et arrêter la propagation.

Ainsi, à l’issue de cette réunion de haut niveau, de nombreuses actions sont prises. Parmi les plus importantes: suspendre le programme des nouvelles plantations dans le cadre des projets Pilier II du Plan Maroc Vert, jusqu’à la maitrise de ce fléau; renforcer et accélérer le programme d’arrachage et d’enfouissement des plantations fortement infestées; intensifier le programme de traitement phytosanitaire des plantations faiblement infestées; intensifier le programme de recherche portant sur la sélection des variétés résistantes et la lutte biologique; et, enfin, mettre en place un cordon sanitaire pour éviter la contamination des zones indemnes. Pour la mise en oeuvre de ces mesures, une enveloppe budgétaire de 80 millions de dirhams est mobilisée immédiatement et un comité de vigilance est mis en place pour le pilotage et le suivi de ce programme.
Ce programme d’envergure vient renforcer les mesures d’urgence lancées en juillet 2016 pour lutter contre la cochenille