LA COCAÏNE EN PLEIN ESSOR EN FRANCE...

Les Marocains fortement impliqués dans le trafic et la consommation

Plus abondante sur le marché et trois fois moins chère qu’il y a dix ans, la cocaïne connaît aujourd’hui une percée notable au sein de la société française. Alors qu’elle était réservée aux seuls milieux aisés, elle confirme désormais son succès auprès de toutes les catégories sociales…

À en croire le rapport de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les toxicomanies (MILDT), la cocaïne a fait une percée notable ces dernières années, devenant le produit le plus consommé en France après le cannabis. A cela, deux raisons principales: le gramme de «coke», vendu 150 euros il y a dix ans, vaut aujourd’hui moins de 50 euros.

Et aussi l’abondance du produit sur le marché français après la baisse de la consommation de toutes les drogues de 25% aux Etats-Unis, premier marché de la poudre blanche. La drogue prend donc la direction de l’Europe et notamment de la France qui se positionne en tête des usagers de drogue au niveau européen avec plus de 4,5 millions de consommateurs de Cocaïne, cannabis, héroïne et produits de synthèse...

Politique rigoureuse
Loin d’opter pour le mélange des produits et substances toxiques, les Français préfèrent, toutefois, diversifier leur consommation. Une analyse, réalisée par des chercheurs de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), a révélé un penchant de plus en plus affirmé pour d’autres produits psycho- actifs qui éloignent le consommateur de son quotidien. Le poppers (liquide goudronneux interdit à la vente en France) se trouve parmi les substances les plus fréquemment consommées, selon l’Observatoire.

Quant à la cocaïne, le LSD et l’héroïne, 15% des jeunes déclarent avoir consommé au moins une fois l’un de ces produits, sachant que la France est en passe de légaliser le cannabis à l’instar des Etats-Unis, le Canada et autres pays qui ont déjà libéralisé ce marché, en vue d’améliorer les finances publiques tout en mettant en oeuvre une politique rigoureuse en termes de prévention qui viendrait diminuer le nombre des usagers.

Cela étant, l’OFDT souligne en outre que les étrangers résidant en France sont fortement impliqués dans le trafic et la consommation de la drogue. Parmi ces étrangers, les jeunes issus de l’immigration maghrébine, en majorité des Marocains, dont l’image reste souvent liée à la délinquance, dans nombre de médias français et dans les discours politiques sur l’immigration et l’insécurité.

L’Observatoire estime que les jeunes Maghrébins installés massivement dans les quartiers dits à risques ou difficiles, sont généralement étiquetés de délinquants à cause d’un certain nombre de facteurs qui lui sont associés, tels l’isolement, le sédentarisme, la solitude, le mal-être, mais aussi un faible encadrement parental et un faible niveau scolaire.

L’arrestation à longueur d’années, de plusieurs dizaines de trafiquants de cannabis issus en majorité de l’immigration marocaine, fait que chaque année, nos Marocains de France gagnent des places dans le fichier spécial de la délinquance, relève l’Observatoire en rappelant que le marché illégal du cannabis en France est évalué à 1,5 milliard d’euros, détenu par les trafiquants des cités et des quartiers défavorisés.


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger