LA COLLABORATION FRUCTUEUSE AVEC LES ÉTUDIANTS

Chronique de Elmahdi Benabdeljalil : Le pari gagné

Semaine après semaine nous avançons, en faisant attention à garder le rythme, la motivation, l’envie et l’énergie nécessaires pour des actions nécessaires.


Jeudi 30 novembre 2023, 15h57. L’écho de l’univers continue de me permettre de discerner sa force et sa beauté suite à mon ressenti d’il y a quinze jours. Nous avançons bien dans nos missions, et celle qui concerne le projet du douar Tajgalt, dans la province de Taroudant, prend un tournant souhaité. Cette semaine, j’écris depuis le campus casablancais de l’ISCAE, où je vais rencontrer trois groupes d’étudiants qui ont souhaité consacrer leur projet “impact social” à des actions liées à notre engagement dans les villages touchés par le séisme. J’ai le bonheur de retrouver des jeunes brillants, motivés et sincèrement impliqués pour nous accompagner pendant plusieurs mois, dans des projets à haute valeur ajoutée pour les populations concernées.

Reconstruction mentale et physique
Nous avons en effet décidé avec notre équipe de Amal Biladi de pouvoir initier deux projets au moins de coopératives dans le douar Tajgalt, suite à la réunion que j’avais pu tenir avec des femmes qui avaient assisté à la session de gestion des émotions et évacuation des traumatismes organisée en collaboration avec l’Art de vivre. Ces deux projets vont pouvoir concerner au moins une quinzaine de femmes, et au-delà du travail qui sera réalisé par les étudiants, et qui sera détaillé ultérieurement, elles seront aussi accompagnées par les experts de l’Académie rurale d’excellence pendant trois années. C’était l’un des axes sur lesquels nous avions décidé de mettre une partie de notre énergie et moyens, afin d’aller au-delà de la reconstruction mentale et physique des habitants et du village.

Écosystème universitaire
Cette semaine est aussi l’occasion pour moi de revenir sur une autre collaboration avec des étudiants, et cette fois-ci, de mettre en avant la convention de collaboration de l’association Amal Biladi a signé avec l’IMT Nord Europe, anciennement connue pour être l’Ecole des mines de Douai. En effet, un groupe de cinq étudiants en première année, Jeanne, Louis, Etienne, Thibaud et Chorouk, chef de file, travaillent sur deux missions: une étude technique qui est supervisée par la consultante ingénieure mandatée par l’Académie rurale d’excellence pour Amal Biladi, et une action événementielle organisée autour de “Folles sagesses” et du Wild Man Show”, qui auront lieu dans le campus à Douai pour lever des fonds pour Amal Biladi. Cette mission va aussi durer sept mois, et je suis très heureux de voir notre engagement de nous connecter à l’écosystème universitaire et académique se pérenniser, et s’ouvrir aussi à l’international.


En parlant de “Folles sagesses”, c’était aussi pour moi l’occasion de revenir dans les médias et d’avoir le plaisir de rencontrer une équipe de journalistes portés par deux qualités essentielles: le professionnalisme et l’engagement. J’ai eu le plaisir de rencontrer et échanger avec Adil Lutete, de 2M, qui a pu faire un tournage autour de la nouala à Amezmiz, et rencontrer ainsi Elie Mouyal, le concepteur de la nouala, qui a rejoint le comité scientifique de Amal Biladi il y a quelques semaines, et également Zahra Hadad, présidence de l’Association Arbre de vie, qui travaille sans relâche depuis le 8 septembre pour venir en aide aux familles sinistrées du douar Aït Bourd et satellites. Adil a eu la gentillesse de me mettre en contact avec une des rédacteurs en chef de 2M, et j’ai ainsi pu passer à Info Soir mardi dernier, avec une présentatrice aussi talentueuse qu’empathique, Ihssane Benbel. J’ai pu présenter “Folles sagesses”, mon cheminement, expliquer pourquoi j’avais pris le choix de l’auto-édition, et parler de mon engagement pour le Maroc rural.

J’ai aussi pu rencontrer cette semaine la présidente d’une association incroyable, Aziza Gannoun, qui a fondé SEPanouir, association qui vient en aide aux personnes atteintes de sclérose en plaque avec le sport. J’ai pu passer deux heures trop courtes avec une personne exceptionnelle, intelligente, motivée et pleine d’empathie, avec laquelle je souhaite initier des axes de collaboration pour Amal Biladi dans notre projet Nord, et voir comment utiliser le sport comme canal de mieux être pour les personnes malades notamment. Nous sommes également en train d’avancer avec mon équipe sur la préparation des partenaires potentiels pour accompagner les porteurs de projets que nous allons identifier dans le Nord et aurons bientôt des choses importantes à communiquer à ce sujet.

Projets à moyen et long termes
Je repars ce week-end à Taroudant avec notre consultante Kenza Belahnech, qui avance bien dans la finalisation de son rapport d’évaluation suite à la mission mandatée par Amal Biladi. Nous avons besoin de revoir les habitants du douar Tajgalt, et ce sera cette fois-ci en présence d’une native du douar, Khadija, qui est installée en France depuis quelques années et qui a fait des efforts formidables pour aider les habitants de son village natal. Nous avons, avec Kenza, le souhait de voir comment collaborer de manière effective avec elle, sur certains des sujets que nous avons identifiés, notamment ceux qui concernent les projets à moyen et long termes.

Voilà, semaine après semaine, nous avançons, en faisant attention à garder le rythme, la motivation, l’envie et l’énergie nécessaires pour des actions nécessaires. Nous aurons l’occasion de préparer la fin de cette année avec emphase et ambition, et nous serons plus diserts à ce sujet très prochainement incha Allah. A la semaine prochaine.

Lire aussi

Articles similaires