Réfléchir tous ensemble aux actions passées et à ce qui nous attend en 2024

Chronique de Elmahdi Benabdeljalil : Maintenir la flamme

Trois mois intenses, où nous sommes passés d’une majorité concernée à une minorité active qui continue tant bien que mal à se battre, convaincre, lutter pour permettre à quelques-uns des habitants sinistrés de vivre un lendemain un peu plus éclairé.


Jeudi 14 décembre 2023, 11h02. Depuis le 8 septembre dernier, ce sont des centaines de milliers de personnes qui souffrent. Si les premiers jours suivant le séisme un élan extraordinaire, tout aussi spontané que désordonné, s’est manifesté au profit de nos concitoyens, il est clair que le terrain n’est plus aussi encombré aujourd’hui. J’ai alors une pensée profonde pour les nombreux bénévoles qui continuent malgré tout de s’impliquer, en laissant de côté leurs vies personnelles, professionnelles et leur santé physique et mentale. En trois mois, ce sont trois déplacements que j’ai effectués pour ma part dans la zone sinistrée; ma première expédition a été dédiée aux trois zones principalement touchées par le séisme, Al Haouz, Chichaoua et Taroudant, et les deux dernières ont été dédiées au village que nous avons “choisi” pour apporter un peu de réconfort.

A chaque déplacement, le même constat: un retour difficile et plusieurs jours nécessaires pour se remettre physiquement et moralement. La souffrance “silencieuse” des personnes que l’on voit, les personnes que l’on commence à connaître et avec lesquelles nous nous sommes familiarisés, la désolation des routes, des villages… Tout ceci couplé à un manque profond de coordination entre les différentes parties engagées dans un processus compliqué qui peut donner lieu de croire que les personnes concernées passent en seconde zone. Trois mois intenses, où nous sommes passés d’une majorité concernée à une minorité active qui continue tant bien que mal à se battre, convaincre, lutter pour permettre à quelques-uns des habitants sinistrés de vivre un lendemain un peu plus éclairé. Je pense fort à toutes ces personnes que je ne connais pas et qui, comme nous, tentent d’apporter un peu de bienfait, parce qu’au fond d’elles-mêmes elles savent que c’est une partie de leur mission en ce moment, à tout moment.

Et puis, malgré cette souffrance que l’on ressent, cette grande solitude que l’on conscientise lorsque l’on croise des personnes que l’on connaît qui nous font un grand sourire et nous félicitent pour notre implication, alors qu’on aimerait tellement que ce sourire se transforme en action tellement la tâche est énorme, il y a toujours un rayon de soleil qui vient éclairer notre coeur. Et en ce qui me concerne, année après année, ce qui me permet de prendre de la hauteur et du recul par rapport à toute cette misère et cette souffrance qui nous entoure, c’est la foi que je ressens avec une profonde gratitude dans mon coeur. Cette foi qui me permet de discerner le superflu de l’essentiel, de distinguer parmi toutes ces horreurs la clémence divine et de me rendre compte à chaque acte pensé et commis, de la chance incommensurable que j’ai de pouvoir humblement, apporter un peu de Ses bienfaits.

C’est pour cette raison que j’ai souhaité cette semaine ramener un peu d’éclairage sur ces nombreuses personnes et entreprises qui aident et permettent de cheminer, et apporter un peu de réconfort. J’ai une pensée pleine de gratitude pour mon équipe qui me soutient sans relâche depuis le début du tremblement de terre et en particulier pour une des membres de notre projet, Kenza Belahnech, qui est sur le terrain depuis le 9 octobre et qui s’est rendue souvent sur le village dans lequel nous avions l’ambition d’accompagner à la reconstruction, pour mener à bien ses missions avec Amal Biladi. Kenza est ingénieure consultante en éco-construction et finalise son rapport de mission qui aura duré plus de trois mois. Nous allons pouvoir mettre à la disposition d’un maximum de nos concitoyens, de décideurs et des autorités supérieures un rapport aussi exhaustif que possible, aussi sincère que possible, aussi objectif et détaillé que possible.

Notre souhait avec Kenza était de pouvoir mettre à la disposition de Amal Biladi les éléments d’information dont elle aurait besoin pour commencer une de ses missions auprès de villages touchés par le séisme, la participation à la reconstruction. Je rends donc un sincère hommage à Kenza pour son abnégation, son sérieux, sa rigueur et son engagement à mener à bien ce travail, difficile et ingrat, dur sur les volets physiques et émotionnels encore une fois. Je l’en remercie aussi infiniment, elle m’aura permis à de nombreuses reprises de remettre en cause certaines de mes idées, points de vue, volontés, parce qu’elle m’aura permis de voir la situation avec un prisme différent et des arguments irréfutables.

Au-delà de cette mission noble de souhaiter aider les démunis, être entouré de personnes généreuses dans leur coeur et compétentes est une nécessité. J’ai cette chance, et c’est également l’une des nombreuses raisons qui justifient la profonde gratitude que je ressens envers la générosité divine.

Enfin, j’aimerais aussi rendre hommage à nos partenaires qui nous font confiance et sans qui cet engagement serait extrêmement compliqué à maintenir dans la durée. Après avoir obtenu la confiance de la Fondation BMCI BNP Paribas qui nous a gratifié d’un premier montant important pour nous permettre d’agir dans les villages touchés par le séisme, nous avons pu voir cette semaine la concrétisation d’une convention de partenariat importante, avec Qair Maroc, qui permet à Amal Biladi d’avancer dans son cheminement pour apporter du réconfort dans le douar Tajgalt, dans la province de Taroudant.

Je me sens fier et honoré de pouvoir compter sur le soutien financier de nos partenaires et, au-delà, sur l’engagement des collaborateurs de ces deux entreprises sans qui ces conventions n’auraient pas pu avoir lieu. Merci à Jaouad, Karim, Abdelkerim, Youssef, Meryem, Wahba qui se reconnaîtront à la lecture de ces mots, et à ceux qui arrivent bientôt.

Nous allons aborder cette fin de semaine un moment important pour notre équipe: une première rencontre en grand nombre afin de réfléchir tous ensemble aux actions passées et à ce qui nous attend en 2024 incha Allah, et pour cela, j’aimerais remercier les fondatrices de l’agence de team building LFP. Ilham et Yasmina Benjelloun vont nous accueillir généreusement dans un site exceptionnel à Dar Bouazza pour nous permettre de vivre une expérience inédite et offrir à Amal Biladi une opportunité de co-construire son projet pilote dans le Nord pour la période 2024-2030 dans des conditions paradisiaques. A toutes ces merveilleuses personnes, un GRAND merci. A la semaine prochaine.

Articles similaires