Christopher Ross en errance

VISITE DE L'EX-ENVOYÉ PERSONNEL DE L'ONU À TINDOUF

Au service d’un lobby algérien aux Etats-Unis dont la feuille de route reste l'hostilité au Maroc et la nuisance pouvant entraver la diplomatie du Royaume.

Sacré Christopher! Il continue, il persiste, il affiche désormais au grand jour son parti-pris. Le voilà qui effectue une visite dans les camps des refugiés à Tindouf du 30 octobre au 1er novembre 2019. Il a même des entretiens avec les fantoches du mouvement séparatiste, les Brahim Ghali et autres. Mais diable que vient-il donc faire dans la région? Il était dans une mission d'étudiants de l'Université de Princeton (New Jersey) venue pour «établir un rapport sur les conditions de vie des Sahraouis». Curieux sursaut «humanitaire», tout de même pour cette délégation qui ne savait même pas situer Tindouf sur une carte, voire les pays de la région.

Tambouille politique
Voir in situ des réfugiés? Il y en a plus de 12 millions dans le continent et les camps de grande dimension ne manquent pas: celui de Dadaab (Kenya) de 1,15 million de personnes; ceux d'Ethiopie avec quelque 740.000 personnes, d'Ouganda (500.000), du Nigéria (2 millions).... Sous d'autres latitudes puisque cette prétendue fibre est mise en avant, il y a la Turquie, l'Irak, le Liban et puis les Palestiniens en Jordanie et ailleurs. C'est dire que la ficelle est un peu grosse et qu'elle ne dupe personne.

Tout cela aujourd'hui, à Tindouf, c'est le menu Christopher Ross, une sorte de tambouille dont il a fait sa marque. On l’a vu se compromettre dans des manoeuvres sans nom lors de son mandat d'envoyé personnel de Ben Ki-moon, alors secrétaire général de l'ONU. Durant huit ans -de janvier 2009 à avril 2017- il a tout essayé pour se faire le VRP des positions du mouvement séparatiste et de son parrain, l’Algérie, le voisin de l'Est.

Au fond, son honneur et sa dignité s'en trouvent écorchés! C'est un failli! Il a gardé de son séjour à Alger, comme ambassadeur des Etats-Unis (1988- 1991) des amitiés, des réseaux, plutôt des accointances... Il les réactive aujourd'hui pour améliorer les fins de mois d'une retraite de diplomate en offrant ses services à un lobby algérien aux Etats-Unis dont la feuille de route reste l'hostilité au Maroc et la nuisance pouvant entraver la diplomatie du Royaume.

La porte d'entrée qui s'est présentée se veut «universitaire » comme paravent, transparent d'ailleurs, d'intentions moins louables, se prolongeant par des actes grassement rémunérés et susceptibles de redonner quelque visibilité aux séparatistes. Le timing de sa visite s'inscrit dans cette démarche; celle-ci a lieu le jour où le Conseil de sécurité délibère pour adopter une nouvelle résolution sur le question nationale. Peine perdue! Christopher Ross en sera pour ses frais -ses commanditaires aussi. Affligeant! Pathétique même! Sacré Christopher!

Articles similaires