Le chômage atteint son plus haut niveau

Indemnisation par la CNSS des travailleurs en arrêt d'activité

Plus de 700.000 Marocains sont en arrêt d’activité et devraient bientôt toucher leurs indemnités forfaitaires versées par la CNSS.

Le moins que l’on puisse dire est que cette crise de la pandémie du Covid-19 a provoqué un choc économique considérable. Au Maroc, comme dans tous les pays touchés par la pandémie, le taux du chômage monte en flèche. Selon le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, Mohamed Amkeraz, plus de 700 000 personnes sont victimes d’arrêt temporaire ou partiel de travail et plus de 113 000 entreprises sont en difficultés économiques majeures à cause des effets de la pandémie. Ces chiffres, pour le moins importants, sont arrêtés au 1er avril 2020 par la CNSS qui s’est vue confier la tâche d’indemniser les travailleurs au chômage et déclarés au régime de la sécurité sociale pour le mois de février dernier. Ils devront augmenter, car le dernier délai fixé pour les entreprises pour déclarer leurs salariés est vendredi 3 avril 2020.

Cette opération d’indemnisation devrait permettre aux bénéficiaires de toucher une indemnité forfaitaire de 1000 dirhams au titre du mois de mars puis 2000 dirhams au titre des mois d’avril, mai et juin 2020. Le processus de transfert d’argent est entamé et les bénéficiaires devraient toucher leurs indemnités à partir du lundi 6 avril 2020. Cet argent utilisé ne provient pas des comptes bien garnis de la caisse mais plutôt du fonds spécial dédié à la lutte contre la pandémie, institué par SM le Roi Mohammed VI au tout début de l’éclatement de la crise. Le but est d’apporter une aide financière aux personnes qui sont confrontées aux difficultés économiques de leurs entreprises. Malgré sa maigre valeur, cette aide va probablement soulager les souffrances de nombre de nos concitoyens qui se retrouvent brutalement au chômage à cause de la crise du Coronavirus. En plus de l’indemnité forfaitaire, le bénéficiaire continuera à toucher les allocations familiales et à profiter des prestations de l’assurance maladie obligatoire (AMO).

Soulager les souffrances
Il faut savoir que pendant cette période économique exceptionnelle, les entreprises ne sont pas obligées de verser à la CNSS les cotisations sociales dues au titre des mois de mars, avril, mai et juin. Cette suspension a été décidée par le comité de veille économique piloté par le ministère de l’économie et des finances. Malgré son rôle majeur dans cette opération et plus globalement dans cette crise, la CNSS est pourtant critiquée pour son faible apport financier pour soutenir l’économie nationale.

En dehors des 500 millions de dirhams versés au fonds spécial dédié à la lutte contre la pandémie, son concours reste marginal alors qu’elle est considérée comme l’une des institutions publiques les plus riches avec un excédent de trésorerie estimé à près de 29 milliards de dirhams au 31 décembre 2019. Un trésor de guerre inexploité au moment où l’économie marocaine est en train de s’effondrer.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger