La chloroquine accélère le taux de guérison

En attendant les résultats de l'examen de contrôle pour le confirmer

Le traitement avec la chloroquine des malades porteurs du coronavirus a atteint sa phase finale le 2 avril 2020. En trois jours seulement, 15 guérisons. La conclusion est patente. Encore faut-il la confirmer scientifiquement le 5 ou le 6 avril.

Circonspect, tel est le qualificatif qu’on pourrait attribuer au Dr Mohamed Youbi, directeur de l’épidémiologie au ministère de la Santé. Alors que les 34 millions de Marocains attendent avec impatience et enthousiasme les résultats du traitement thérapeutique incluant la chloroquine, une molécule antipaludique par essence qui au passage a fait ses preuves ailleurs, associée à l’azithromycine pour prévenir une surinfection bactérienne, difficile d’arracher beaucoup d’informations à ce spécialiste qui supplante le ministre Khalid Aït Taleb dans son rôle de communication en cette période de crise sanitaire provoquée par la propagation du coronavirus.

Malgré cela, il affiche un optimisme quant à l’efficacité de la chloroquine en ce sens où elle fait baisser rapidement la charge virale, soit à partir du 6e jour du traitement, et donc à les rendre moins contagieux. En Chine puis en France, le professeur Didier Raoult, grand spécialiste des maladies infectieuses et directeur de l’Institut Hospitalo-Universitaire (IHU) Méditerranée infection basé à Marseille, a prescrit même la recette : un traitement de 600 mg par jour de Plaquenil pendant 10 jours.

Essai clinique
Ces tests se sont révélés concluants. Il est convaincu d’avoir trouvé un remède contre le coronavirus. Il a jugé «immoral» d’attendre pour l’administrer et affirme qu’il se « fiche » qu’un essai clinique soit lancé. Le 11 mars, il intègre le conseil scientifique COVID-19, constitué de onze membres chargés d’éclairer les décisions à prendre par les autorités pour lutter contre la pandémie en France. Il passe ensuite à l’action, et pendant six jours, il injecte à une vingtaine de patients atteints du Covid-19 une dose de 600mg/jour de Plaquenil, médicament commercialisé et composé d’une molécule dérivée de la chloroquine.

Hypothèse de départ
Le 16 mars, il diffuse une vidéo enregistrée devant ses étudiants et fait part au monde entier de ses résultats. «C’est spectaculaire, la charge virale moyenne avec ce virus est normalement de 20 jours. […] Les patients qui n’ont pas reçu le Plaquenil sont encore porteurs à 90% du virus au bout de six jours, tandis que ceux qui ont reçu le traitement sont 25% à être positifs». Ces premiers résultats semblent confirmer les résultats obtenus en chine lors d’un essai sur plus de 100 patients. Le traitement à la chloroquine avait également favorisé une conversion négative des patients au virus ainsi que la réduction de la durée des symptômes. Au Maroc, le 21 mars, le ministère de la Santé autorise le protocole de traitement thérapeutique à base de chloroquine.

Le traitement donne pour l’heure des résultats positifs. Mais pour les scientifiques, il faut attendre trois jours après la fin du traitement pour confirmer l’hypothèse de départ. Il va falloir que le département d’Aït Taleb annonce la nouvelle aux Marocains dont la psychose monte d’un cran. Normal, quand on apprend que vingt-sept (27) nouveaux cas d’infection au nouveau coronavirus (Covid-19) ont été confirmés au Maroc à vendredi à 8h00, portant à 735 le nombre total des cas de contaminations, et que le nombre de décès dus au coronavirus s’établit à 47. Mais gardons espoir. En trois seulement, 15 guérisons seulement. La chloroquine fait son effet. Reste à le prouver scientifiquement.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger