LE CHAOS DE CASABLANCA

VIE POST-CONFINEMENT

Il est vrai que le confinement a été officiellement prolongé de trois semaines au Maroc, mais cette décision n’a pas empêché les Casablancais de regagner les rues.

Le confinement a permis aux Casablancais de souffler, d’entendre moins de klaxons, de voir moins de voitures, et de profiter d’un calme inhabituel. Cette situation, qui a duré neuf semaines, s’estompe peu à peu et malgré l’annonce émise par le Chef du gouvernement pour la prolongation du confinement jusqu’au 10 juin, la métropole se remet en marche.

Avec cette reprise économique, qui répond principalement à l’appel exprimé par ministre de l’économie, Mohamed Benchaâboun, qui a invité les entreprises à reprendre leurs activités professionnelles après Aïd Al-Fitr pour sauver l’économie nationale de l’asphyxie, Casablanca, poumon de l’économie marocaine, mais également zone où le coronavirus circule activement, se déconfine progressivement.

Alors que la circulation était fluide et les rues presque désertes au début de la crise sanitaire, à Casablanca et depuis le début du Ramadan les voitures ont repris possession des rues et les embouteillages ont réapparu aussitôt. Avec des feux rouges qui clignotent, des travaux entamés en période de confinement sans signalisation, le non-respect du code de la route auquel se sont habitués certains automobilistes, ainsi que l’absence de la police de circulation au niveau des grands points de pic, la reprise des volants s’avère plus que jamais dangereuse.

Faire preuve de civisme
“En sortant pour la première fois depuis deux mois et demi de confinement, j’ai l’impression d’être le seul Casablancais confiné. Les rues sont bondées de monde, les supermarchés aussi, les Casablancais semblent tout naturellement garder leurs habitudes d’antan”, nous déclare un sexagénaire casablancais.

En l’absence d’un plan de déconfinement ou de post-confinement au Maroc, Casablanca ressemble à un bal masqué. Si certains citoyens sortent la peur au ventre et tentent d’appliquer toutes les mesures sanitaires requises pour se protéger contre le Covid-19, d’autres ne semblent pas se soucier de la situation et reprennent leur activité normalement en portant uniquement un masque, rendu obligatoire pour toute sortie hors du domicile.

Les barrages de police installés un peu partout dans la capitale économique, permettant de garder le contrôle sur la circulation des citoyens, sont parfois aussi la cause de grands embouteillages. Les Casablancais semblent tous avoir une autorisation de sortie, si l’on en croit nos yeux, et le nombre de personnes qui circulent.

La reprise est essentielle, elle est même urgente, mais la population doit faire preuve d’un grand civisme pour réduire la menace du Covid-19. Ce sentiment d’effervescence et de libération peut mener à des catastrophes sanitaires qui risquent de plonger le pays dans une crise plus accentuée.

Pour les entreprises, nous tenons à vous rappeler qu’un document sur les mesures de prévention en milieu de travail est gratuitement téléchargeable sur le portail du ministère de la Santé. Ces mesures doivent être appliquées minutieusement pour protéger les salariés et éviter l’apparition de nouveaux foyers au Maroc.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger