La CGEM plaide pour la baisse des prix des tests

Pour un dépistage massif du Covid

Le coût des tests PCR appliqués par les laboratoires constitue un obstacle pour de nombreuses entreprises marocaines qui souhaitent dépister leurs collaborateurs. D’où la nécessité, selon le patronat marocain, d’unifier les prix pour favoriser la continuité d’activité dans des conditions saines.

Après les citoyens, c’est au tour des entreprises de dénoncer la cherté des tests PCR au Maroc. Dans une lettre adressée au ministre de la Santé Khalid Aït Taleb, Chakib Alj, président de la Confédération générale des entreprises (CGEM) lui demande «d’intervenir auprès des laboratoires afin de revoir à la baisse et d’unifier le coût des tests PCR».

D’après le chef du patronat marocain, «compte tenu de la recrudescence du nombre des contaminations, il est nécessaire de maintenir un niveau élevé de vigilance, notamment via des tests massifs en entreprise». Une initiative qui, selon lui, «permettra de promouvoir le dépistage des salariés et de leurs familles et ainsi, d’assurer la continuité d’activité dans des conditions saines».

Prix oscillant entre 500 et 800 dirhams
Les tarifs élevés appliqués par les laboratoires risquent d’entraver la réalisation de cette opération, puisque leur «offre actuelle de tests PCR est hétérogène en termes de prix et reste peu abordable», constate-t-il. Un avis que partagent d’ailleurs de nombreux Marocains qui ont vivement dénoncé la cherté de ces tests, dont les prix oscillent entre 500 et 800 dirhams, par rapport au pouvoir d’achat d’une bonne frange de la population. Certains laboratoires proposent même des dépistages à domicile pour élargir leurs offres et renflouer leurs caisses. Beaucoup d’entre eux pensent que ces derniers essayent de profiter de la crise sanitaire pour multiplier leurs chiffres d’affaires en un temps record.

Et pourtant, en novembre 2020, l’ANAM et la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) avaient annoncé la signature de conventions avec des syndicats de biologistes pour justement unifier et baisser les tarifs des tests, qui devaient passer de 700 à 450 dirhams dans les laboratoires privés, de 500 à 300 dirhams dans les hôpitaux et laboratoires publics, de 500 à 360 dirhams dans les centres hospitaliers universitaires (CHU). Une tarification qui n’est toujours pas en vigueur, notamment dans plusieurs laboratoires privés qui fixent leur propre montant.

Articles similaires