Casamémoire cherche à impliquer les Casablancais

SAUVEGARDE DU PATRIMOINE DE CASABLANCA

Pour l’association Casamémoire, la sauvegarde du patrimoine de Casablanca est l’affaire de tous: citoyens, acteurs publics, entreprises privées et société civile. D’où le thème choisi pour la 11ème édition des journées du patrimoine de Casablanca: “La sauvegarde du patrimoine, un effort collectif ”.

Les journées du patrimoine de Casablanca sont de retour après quatre ans d’arrêt dont deux en raison de la pandémie. La dixième et dernière édition de ces journées a eu lieu en 2018. Organisée par l’association, Casamémoire, ces journées qui célèbrent leur onzième édition auront lieu dans un contexte marqué par des scandales de volonté de destruction de plusieurs monuments du patrimoine architectural et culturel de la métropole économique. Créée il y a 25 ans, l’association Casamémoire, que préside depuis 2019 Rabia El Ridaoui, guide référente, cherche ainsi à sensibiliser les Casablancais à l’importance de la sauvegarde et la valorisation du patrimoine de Casablanca.

Une oeuvre à laquelle l’association s’est toujours attelée malgré les problèmes internes et les difficultés qui se dressent sur son chemin. Lors d’une conférence de presse, qui a eu lieu à Casablanca, le mercredi 4 mai 2022, le bureau de l’association a expliqué les objectifs recherchés derrière ces journées ainsi que le programme établi à cet effet.

Difficultés et embûches
Pour les Casablancais, c’est une occasion privilégiée de découvrir le patrimoine de leur ville, car chez Casamémoire, il y a une ferme conviction que le patrimoine et sa sauvegarde sont l’affaire de tous: citoyens, acteurs publics, entreprises privées, société civile. D’où le thème choisi pour ces journées qui s’étaleront du 13 au 15 mai prochains: «La sauvegarde du patrimoine, un effort collectif».

Outre les expositions, les ateliers, les projections de films et autres tables rondes, la 11ème édition des journées du patrimoine de Casablanca seront marquées par le lancement d’un événement parallèle. Il s’agit de d’organiser en partenariat avec le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) des communications autour de l’importance de la sauvegarde du patrimoine comme une valeur humaine qu’il est absolument nécessaire de porter tout au long de la vie. Cette alliance avec le CNDH est de nature à valoriser l’action de Casamémoire autour d’une oeuvre parsemée de difficultés et d’embûches.

Il faut dire que le dernier scandale urbanistique, en rapport avec la démolition récente de l’hôtel Miramar et du Casino de Mohammédia, pourtant considérés comme des monuments architecturaux faisant partie du patrimoine culturel de Casablanca, a provoqué tollé au sein de la société civile casablancaise. L’association Casamémoire s’était fendu d’un communiqué de dénonciation à cet effet dans lequel elle fustige de tels actes qui détruisent l’image culturelle et historique de la métropole économique.

A.A