Les Casablancais quasi-confinés à nouveau

PROLONGATION DU QUASI-CONFINEMENT CE LUNDI 21 SEPTEMBRE

Le quasi-confinement de Casablanca sera prolongé pour deux semaines à partir du 21 septembre. Les autorités ont-elles échoué à contenir la propagation du virus ? Ne serait-il pas judicieux d’ouvrir les écoles et fermer celles situées dans quartiers où il y a des foyers de contamination ?

Le quasi-confinement de Casablanca sera prolongé ce lundi 21 septembre. Appliquée le 7 septembre dernier, cette décision a duré 14 jours, période nécessaire pour évaluer l’évolution de la situation épidémique de la ville. Quelles sont les raisons qui ont poussé les autorités à prendre cette décision ? Ont-ils échoué à contenir la propagation inquiétante des cas de contamination à Casablanca ? Contacté par nos soins, ni le ministre de la Santé Aït Taleb, ni le ministre de l’Education Nationale, Saaïd Amzazi, comme à leur habitude, n’ont daigné répondre à nos sollicitations.

Quoi qu’il en soit, les parents d’élèves, véritable victime collatérale des décisions hasardeuses du gouvernement n’en peuvent plus. «A chaque fois, c’est la même histoire. On doit attendre les dernières minutes pour savoir si les parents devront réveiller leurs enfants le lundi matin pour les emmener à l’école ou poursuivre les cours à distance. Psychologiquement, les gens sont à bout et l’impact sur la santé mentale des enfants est de plus en plus important», se désole Abdelghani Erraki, secrétaire général du syndicat national de l’enseignement, affilié à la Confédération démocratique du travail (CDT). Ce dernier regrette l’unilatéralisme, le non dialogue et la non implication du ministère de l’Education Nationale des associations des parents d’élèves, des enseignants et syndicats les plus représentatifs.

Branle-bas de combat
En principe, après les 14 jours relatifs à l’application d’une décision restrictive, la situation devrait revenir à la normale. Les établissements d’enseignement fermés à Casablanca ces deux dernières semaines devraient donc ouvrir leurs portes le lundi 21 septembre. Toutefois, la situation sanitaire à Casablanca ne serait pas propice pour une ouverture, même partielle, des écoles casablancaises. Alors que le gouvernement a pris des mesures restrictives, jugées suicidaires, pour le poumon économique du pays, la situation ne semble pas s’améliorer pour autant. Un énième échec à imputer à ce gouvernement. «Nous sommes pour le présentiel. Logiquement, le ministère doit décider l’ouverture des écoles après cette période vu qu’elle prenne fin ce lundi. Et vu l’évolution de la situation sanitaire et le nombre des cas de contamination qui ne cesse de grimper, on se demande quand est-ce que cette situation va durer. Il faudrait mieux fermer les écoles situées dans des quartiers qui enregistrent des foyers de contamination», regrette Erraki.

Sur un autre registre, les personnels de santé contactés par nos soins, ne cachent pas leur inquiétude quant à l’aggravation de la situation épidémique à Casablanca. Les chiffres ne cessent d’augmenter, ainsi que le nombre de décès et les cas graves et critiques. Le risque de saturation au sein des structures sanitaires, notamment celles destinées aux soins intensifs, est omniprésent. Tout laisse présager un confinement total. En tout cas, au niveau de la Wilaya de la région de Casablanca, c’est le branle-bas de combat, selon une source. Les autorités seraient à pied d’oeuvre dans le cadre de «préparatifs pour l’application de décisions restrictives», nous confie notre source. Devrons-nous s’attendre prochainement à un confinement total de Casablanca ?.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger