Lutte contre le cancer du col Utérin au Maroc: Caravane de dépistage gratuit au profit des femmes de Médiouna

D’après l’association estudiantine Medec’IN-Casa, l’organisation de cette caravane médicale est une manière de contribuer à lutte contre le cancer du col de l’utérus, qui touche de plus en plus de femmes au Maroc et qui est le cancer le plus fréquent chez la gent féminine, après celui du sein.

Le diagnostic précoce permet la guérison de 90% des cas de cancer chez la femme selon les spécialistes. Conscients de ce fait, des étudiants de la Faculté de Médecine de l’Université Mohammed VI des Sciences de la Santé et ceux de la Faculté de médecine et de pharmacie de l’Université Hassan II de Casablanca ont organisé une caravane de dépistage gratuit du cancer du col de l’utérus, le samedi 13 novembre 2021 dans la province de Médiouna, située à plus de 15km de la ville de Casablanca.

Cette opération initiée par leur association, Medec’IN-Casa, a suscité un vif engouement auprès de la population cible, puisqu’elle a enregistré la participation de trois cents femmes de la localité. D’après Taha Tazi, étudiant en 4e année de médecine et membre de l’association, «toutes ont subi un examen gynécologique complet et des frottis cervico-utérin pour rechercher les virus HPV à haut risque de cancer du col de l’utérus».

L’association a même étendu les consultations pour dépister le cancer du sein à travers des examens mammaires, renchérit-il, non sans préciser que la majorité des femmes qui ont participé à cette opération sont âgées entre 40 et 60 ans. Seule une infime partie figurait dans la tranche d’âge 20- 30 ans. «Tous ces tests ont été transmis à des laboratoires avec lesquels nous travaillons de manière bénévole pour effectuer les analyses nécessaires. Une fois que ces résultats seront reçus, les femmes sur lesquelles ont été détectés des cancers seront totalement prises en charge par l’hôpital public», explique notre interlocuteur.

Dépistage précoce
Pour cette association estudiantine, l’organisation de cette caravane médicale est une manière de contribuer à lutte contre le cancer du col de l’utérus, qui touche de plus en plus de femmes au Maroc et qui est le cancer le plus fréquent chez la gent féminine, après celui du sein. «Le dépistage précoce de ce type de cancer permet de mieux le traiter, afin d’éviter les risques de complications. Il était donc très important pour nous de réaliser cette caravane médicale, surtout dans un milieu périphérique où les femmes n’ont pas souvent l’habitude d’aller consulter le gynécologue. C’est une façon de leur venir en aide et d’apporter ce soutien précieux», indique Taha Tazi.

Cette pathologie demeure une triste réalité au Maroc. La journée mondiale de lutte contre le cancer du sein, célébrée le 19 octobre dernier, a permis de mesurer une fois de plus son ampleur. D’après les derniers chiffres officiels du Registre des Cancers de la Région du Grand Casablanca (RCGC) pour la période 2008-2012, le cancer du sein représentait 20% de tous les cancers tous sexes confondus et 35,8% des cancers chez la femme.

Le rapport révèle que les femmes âgées entre 45 et 49 ans étaient les plus touchées par les différents types de cancer, de même que celles ayant un antécédent familial de ce type de cancer. Des chiffres qui ont sûrement connu une hausse ces dernières années, surtout dans ce contexte de Covid-19, où plusieurs patientes ont été contraintes de reporter ou de suspendre leurs consultations à cause des mesures restrictives.

A en croire «La Maison d’accompagnement et de mieux-être des personnes atteintes de cancer» Dar Zhor, créée depuis 2009 par l’association éponyme, «plus de 12.000 femmes marocaines atteintes de cancer du sein sont diagnostiquées annuellement et 3.700 décès sont enregistrés au Maroc », qui reconnait justement que la crise sanitaire a impacté négativement ces chiffres.