Camps de Tindouf: L'enrôlement des enfants par le Polisario, un "crime de guerre", selon Omar Hilale

Le recrutement et l’enrôlement militaire des enfants dans les camps de Tindouf par le groupe armée du Polisario est un “crime de guerre” que le droit international, y compris le droit international humanitaire, interdit et condamne, a souligné Omar Hilale, l’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU dans une interview accordée au magazine américain Newslooks.

Dans la même veine, il a rappelé que les Protocoles additionnels aux Conventions de Genève de 1977, la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant de 1989 et son Protocole additionnel de 2000, appellent à éliminer d’urgence le recrutement d’enfants et leur utilisation dans les conflits armés.

Le diplomate a également cité la récente résolution du Conseil de sécurité (2601), qui condamne fermement toutes les violations du droit international applicable impliquant le recrutement et l’utilisation d’enfants par les parties à des conflits armés ainsi que leur enrôlement. Cette résolution exige de toutes les parties concernées de mettre immédiatement fin à de telles pratiques.

A l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance, le 20 novembre 2021, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour les enfants et les conflits armés et le Directeur général de l’Organisation internationale du Travail, ont lancé un appel à l’action et renouvelé l’engagement international à mettre fin et à empêcher le recrutement et l’utilisation d’enfants une fois pour toutes d’ici 2025, a encore indiqué le diplomate.

“Malgré tout ce cadre juridique international et appels à l’action, les enfants des camps de Tindouf continuent d’être assujettis à des entraînements militaires et à toutes les formes d’exploitation et d’abus aux mains des milices du Polisario, sous le regard indifférent du pays hôte, l’Algérie, et au mépris total de la communauté internationale”, s’est indigné l’ambassadeur