Hausse des cas de bronchiolite au Maroc: Les pédiatres sonnent l'alerte

Ayant constaté une recrudescence des cas de bronchiolite durant cette saison hivernale dans le Royaume, les pédiatres invitent les parents à être plus vigilants envers leurs enfants et les amener en consultation en cas des symptômes graves.

La bronchiolite est de retour en force au Maroc, après avoir observé une année blanche en 2020 à cause du Covid. Cette épidémie qui touche les nourrissons de 1 à 24 mois est due à un virus respiratoire qui peut provoquer des toux, des sifflements pulmonaires, des détresses respiratoires et des encombrements des voies aériennes qui entrainent des difficultés respiratoires. «La bronchiolite est très fréquente durant les périodes de refroidissement comme celle que nous vivons actuellement.

C’est une période marquée par une recrudescence de cette pathologie chez beaucoup d’enfants parce qu’elle est contagieuse. Nous le constatons actuellement chez plusieurs enfants en consultation», nous déclare le Dr. Hassan Afilal, président de la Société marocaine de Pédiatrie. Pourquoi alors une telle recrudescence alors qu’on avait observé une petite accalmie l’année dernière? «Nous avons constaté une augmentation du nombre de cas par rapport à l’année écoulée car à côté des nouvelles contaminations il y a celle des enfants qui n’ont pas eu la bronchiolite l’année dernière, et n’ont pas développé une immunité contre cette maladie. C’est ce qu’on appelle la dette immunitaire », explique-t-il.

Prise en charge précoce
Cette situation est d’ailleurs plus prononcée en France, où cette épidémie a touché toutes les régions, d’après l’Agence nationale de santé publique. Cette pathologie qui se propage à grande vitesse pourrait même entraîner des hospitalisations. L’agence française précise d’ailleurs que 1.331 enfants hospitalisés, à la date du mercredi 10 novembre 2021, étaient âgés de moins d’un an, soit que 93% des enfants affectés.

Pas de panique chez les parents pour leur progéniture, cette maladie est bénigne, mais à condition de la traiter le plus rapidement possible. Selon Dr. Afilal, «la prise en charge précoce pourrait leur permettre d’éviter la persistance des symptômes, grâce au traitement que leur procurera le pédiatre qui favorisera leur rétablissement et leur évitera l’hospitalisation, la réanimation ou une évolution défavorable».

Il invite les parents à aller très tôt consulter un pédiatre quand l’enfant commence à tousser ou quand s’il a certaines maladies sous-jacentes, notamment les nourrissons de moins de 6 mois, les prématurés, ou ceux qui ont des pathologies cardiaques. «Quand les parents laissent évoluer cette maladie, cela peut engendrer des formes graves chez l’enfant qui respire tellement mal qu’il n’arrive parfois plus à s’alimenter.

Cela pourrait même déboucher sur une baisse du taux d’oxygène dans le sang nécessitant la prise de médicaments dans le cadre du protocole thérapeutique, l’oxygénation, voire la ventilation assistée», alerte le spécialiste. Quant au pédiatre Dr. Moulay Said Afif, il leur recommande, outre le traitement précoce, de continuer à adopter les gestes barrières, notamment les mesures d’hygiène, pour éviter d’attraper la grippe, notamment personnes âgées, car «les cas de grippe risquent d’être nombreux cette année».

Articles similaires