Nouveau braquage d'un fourgon transportant des fonds à Tanger

1,6 million de dirhams emportés par des malfaiteurs

Une scène digne d’un film américain. C’est ce qui s’est déroulé dans l’après-midi du lundi 22 novembre 2021 à Tanger, plus précisément dans le quartier syrien. Des malfaiteurs munis d’armes blanches et portant des masques noirs ont attaqué un fourgon blindé d’une société de transport de fonds.

Braquage réussi, puisqu’ils ont pu voler 1,6 million de dirhams qui étaient distillés dans des sacs remplis d’argent, après avoir menacé les agents de sécurité et les clients. Après leur forfait, ils ont réussi à prendre la poudre d’escampette.

Alertés, des éléments de la police de Tanger sont descendus sur les lieux pour constater les dégâts, avant d’annoncer l’ouverture d’une enquête, sous la supervision du parquet, pour déterminer les circonstances de ce braquage.

La police scientifique de la ville a également été sollicitée pour visionner un enregistrement vidéo filmé par les caméras installées à l’intérieur et autour de l’agence bancaire afin d’identifier les malfrats.

Ce type de braquage n’est malheureusement pas le premier du genre à se produire dans la ville du Détroit. Déjà, le 24 février 2014, des criminels avaient utilisé le même mode opératoire en blessant deux agents de sécurité, avant de mettre la main sur la rondelette somme de 5 millions de dirhams.

La police avait même utilisé un hélicoptère de la Gendarmerie royale pour les interpeller. Le cerveau de ce groupe allait finalement tomber dans les filets le 19 août 2015. Six jours auparavant, le 13 août 2015, une autre bande allait récidiver en s’attaquant également à un fourgon blindé, devant une agence bancaire située sur l’avenue Moulay Rachid, au quartier Val fleuri, après avoir tiré 21 coups de feu sur le véhicule.

Mais heureusement, ils n’avaient pas réussi à sortir les billets. Une enquête confiée au Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ) avait permis l’arrestation de deux citoyens belges d’origine marocaine soupçonnés d’être liés à cette attaque.

Les éléments du FBI marocain avaient également saisi différents types d’armes à feu, dont une mitraillette automatique et un fusil de type Browning