Brahim Ghali menace l'Espagne: "Vous avez des comptes impayés qu'un jour vous devrez payer"

Incroyable mais vrai. Lors d’une interview accordée à la chaîne privée espagnole Telecinco, le 24 mai 2022, Brahim Ghali, le chef des séparatistes du Polisario, a mis en garde, sur un ton menaçant et condescendant, l’Espagne. En réaction à une question sur la nouvelle position de l’Espagne vis-à-vis du dossier du Sahara marocain, Brahim Ghali sort de ses gonds et souligne que ce changement a fait exploser des décennies de «bonnes relations»: «Nos relations officielles sont rompues», a-t-il déclaré. Il ne s’arrête pas à ce stade, il lance sur un ton cru un avertissement à l’adresse de l’Etat espagnol: «Vous avez des comptes impayés qu’un jour vous devrez payer». Brahim Ghali a accusé Pedro Sanchez de «trahison» et s’est demandé qui se cache derrière cette décision du chef de l’exécutif espagnol.

A la fin, il se laisse convaincre d’un revirement dans la position officielle espagnole à l’issue des prochaines élections législatives. Il rêve de la montée en puissance du Parti populaire. «J’espère que Feijoo (Alberto Nunez Feijoo, président du Parti populaire) est la solution», conclut-il.

Plus qu’un chef des mercenaires du Polisario, Brahim Ghali n’a aucune expérience politique. Ce qu’il ignore, c’est que ce n’est pas Pedro Sanchez qui a reconnu l’initiative d’autonomie marocaine comme la solution la plus crédible et sérieuse pour le règlement définitif du dossier du Sahara marocain, mais bel et bien l’Etat espagnol. Indépendamment de toute appartenance politique.