CGAM Hssabe 970X250

À Bouznika, les compromis se succèdent entre les parties Libyennes

DIALOGUE INTERLIBYEN

La crise libyenne est sur la voie du dénouement. C’est ce que laisse entrevoir le communiqué final sanctionnant les travaux d’un troisième round à Bouznika du dialogue interlibyen.

Les délégations du Haut Conseil d’Etat et de la Chambre des représentants libyens indiquent qu’il a été procédé, lors de leur réunion les 22 et 23 janvier, à la révision de ce qui a été convenu concernant la mise en oeuvre de l’article 15 de l’accord politique de Skhirat de 2015 qui demeure le référentiel de base pour tout règlement politique de la crise libyenne.

En effet, les délégations du Haut Conseil d’Etat et de la Chambre des représentants libyens se sont mises d’accord, samedi 23 janvier, sur la formation et la nomination de groupes de travail restreints pour prendre des mesures pratiques au sujet des occupants des postes de souveraineté.

Une avancée que la Ligue arabe a saluée, dimanche, soulignant que ces progrès importants contribueront à résoudre la crise libyenne et à faire avancer les processus de règlement parrainés par l’ONU, en particulier en ce qui concerne la formation du nouveau pouvoir exécutif, l’unification des institutions libyennes, la mise en oeuvre des dispositions de l’accord de cessez- le-feu et le début des préparatifs des élections présidentielles et législatives.

Cette avancée est en soi un succès certain pour la diplomatie marocaine et pour l’intermédiation du Royaume, conformément aux orientations du Roi Mohammed VI, dans ce sens où les protagonistes sont retournés à la table des négociations avec les acquis du 2e round (début octobre 2020) et du 1er round (6-10 septembre 2020) pour élargir le compromis notamment par rapport à la question des postes de souveraineté et de sa mise en oeuvre.

Ce succès se mesure aussi aux tentatives qui n’ont jamais abouti de parties étrangères, intéressées, visant à mettre en échec ces compromis de Bouznika, comme ceux de l’accord de Skhirat.