PR Bouchra Meddah: "Les deux vaccins chinois et britannosuédois sont efficaces et sûrs"

Directrice du Médicament et de la Pharmacie au ministère de la Santé

Pharmacienne spécialiste en pharmacie industrielle depuis 2007 et professeure de pharmacologie à la Faculté de médecine et de pharmacie de Rabat depuis 2009, Pr Bouchra Meddah intègre le ministère de la Santé en l’an 2000 et gravit les échelons jusqu’à occuper son poste actuel. A cette dame, bosseuse infatigable, on confère aussi une lourde responsabilité, celle d’être inspectrice assermentée du ministère de la Santé. Dans cette interview exclusive, Pr Bouchra Meddah fait des révélations inédites sur les vaccins sélectionnés par le Maroc, qui vont être la base de la campagne de vaccination programmée incessamment, et sur leur efficacité et leur innocuité.

Faites-vous partie du comité scientifique et technique ad hoc? Si oui, qui sont ses autres membres et quel est son rôle dans la prise des décisions relatives, notamment, au protocole sanitaire?
Il s’agit du Comité National Scientifique ad hoc pour l’élaboration de la stratégie vaccinale contre la Covid- 19. Ce Comité a été créé par une décision ministérielle et a reçu un mandat du ministre de la Santé pour élaborer une stratégie de la vaccination de la population marocaine. Ce comité technique et scientifique est chargé également d’assurer le suivi de l’essai clinique. Le comité technique et scientifique est composé d’un ensemble d’experts éminents dans différents domaines, à savoir en santé publique, de médecins spécialistes et professeurs universitaires en épidémiologie, en réanimation, en pneumologie, en pédiatrie et en microbiologie-infectiologie, et des membres es qualité relevant du ministère de la Santé, dont je fais partie.

Pouvez-vous d’abord expliquer les critères sur lesquels le ministère de la Santé a fait le choix des deux candidats vaccins de Sinopharm et d’AstraZeneca en en écartant d’autres?
De prime abord, il est clair que plusieurs pays sont en course depuis des mois et se bousculent pour trouver, les premiers, le vaccin qui fonctionne. Mais, il y a aussi une prise de conscience, parmi les gouvernements, qu’il faut assurer l’accès au vaccin en quantité suffisante. Le Maroc a fait des efforts considérables et a pu signer des contrats avec deux grands laboratoires producteurs de vaccins: Un premier contrat avec le laboratoire chinois Sinopharm et un second avec le laboratoire britanno- suédois AstraZeneca.

Le choix du vaccin par le Maroc se basait sur plusieurs critères. D’abord, deux critères fondamentaux qui sont l’efficacité et la sécurité des vaccins. En effet, le vaccin doit être efficace, c’est-à-dire qu’il doit permettre une meilleure immunisation contre le virus SARS-COV 2 et ne pas présenter de toxicité ou d’effets indésirables graves. Il faut souligner que jusqu’à maintenant, les études cliniques ont prouvé que les deux vaccins choisis par le Maroc remplissent ces deux conditions principales.

Ensuite, il y a le recul d’expérience, assez important avec la technologie utilisée pour le développement et la fabrication de ces deux vaccins. Aussi, il existe d’autres critères de choix relatifs aux conditions de stockage et de distribution, comme la conservation des vaccins entre 2 et 8°C. En outre, ces deux vaccins sont parmi les plus avancés chronologiquement, comparés à d’autres vaccins, et les plus sûrs en termes de procédés de fabrication.

On dit candidat vaccin car les essais cliniques ne sont pas encore terminés et, par conséquent, le vaccin n’est pas encore validé. Où en sont aujourd’hui les essais du candidat vaccin de Sinopharm dans leur phase III?
L’essai clinique de phase III du vaccin de Sinopharm est une étude multicentrique randomisée en double aveugle réalisée dans plusieurs pays au monde entier, à savoir les Emirats Arabes Unis, le Bahrein, l’Egypte, la Jordanie, le Pérou et l’Argentine. Nous en sommes au 3e mois de la phase III, qui durera une année, avec possibilité d’avoir des résultats préliminaires en 2020. Les volontaires de l’essai seront suivis pour une durée d’une année.

Etes-vous, au niveau du ministère de la Santé, rassurés par rapport aux résultats tirés jusque-là?
Comment se portent les 600 volontaires marocains? Les résultats des phases 1 et 2, qui sont publiés dans une des revues scientifiques internationales de renommée, telle JAMA pour le vaccin chinois, ont démontré que le vaccin est efficace et inoffensif. Cette efficacité est évaluée selon deux critères, l’ascension des anticorps neutralisants et la comparaison entre le nombre de cas Covid-19 dans les groupes placebo et vaccin. Les effets secondaires apparus chez les volontaires marocains sont tous bénins comparativement à ceux observés avec la majorité des vaccins et aucun effet indésirable grave n’a été observé. Nos volontaires se portent bien et seront suivis pendant une année après la fin du schéma vaccinal.

Quand prévoyez-vous de terminer la phase III des essais cliniques de Sinopharm?
Des résultats préliminaires seront disponibles d’ici fin de l’année 2020, mais la phase III des essais cliniques durera une année pour évaluer le profil de sécurité par la détection de l’apparition de nouveaux évènements indésirables.

Comment les Marocains peuvent-il avoir confiance quand vous déclarez que la production en masse du vaccin se fera dans les prochaines semaines alors que le délai prévu pour commencer la vaccination est très court?
C’est un défi que le laboratoire pharmaceutique doit surmonter dans une telle situation d’urgence sanitaire. Une augmentation progressive du processus de fabrication a eu lieu dans la plupart des pays producteurs de vaccins. Ces derniers ont multiplié leurs sites de production afin de couvrir le marché demandeur.

Des rumeurs disent que le vaccin est déjà préparé et qu’il sera importé de la Chine prochainement. Qu’en dites-vous?
Dans l’urgence sanitaire que le monde entier subit, les phases des essais cliniques sont menées en parallèle, tenant compte du besoin urgent d’un vaccin qui s’impose. Par conséquent, le laboratoire pharmaceutique a déjà lancé la production à grande échelle depuis quelques mois. Il faut noter que pour la première fois, une production en masse est démarrée avant la finalisation des essais cliniques vu la situation pandémique qu’on vit actuellement.

Comment à ce jour aucune information n’a été divulguée au sujet des vaccins, alors qu’en principe, la campagne de vaccination se projette dans le futur proche?
Il faut rappeler que la phase III n’est pas encore finie et aucune information officielle n’est déclarée par les laboratoires pharmaceutiques. Le ministère de la Santé suit de près les actualités mondiales au sujet des vaccins et entretient un contact permanent avec ses partenaires. Tout ce qu’on peut communiquer comme information, c’est que les résultats des phases 1 et 2 sont prometteurs et encourageants en l’attente des résultats préliminaires de la phase III.

D’un autre côté, chaque campagne de vaccination doit être préparée à l’avance. Pour cela, une campagne de communication a été lancée au niveau des médias pour informer l’opinion publique et éviter la propagation des fake news sur les réseaux sociaux mais aussi pour rassurer les citoyens.

Concernant le candidat vaccin d’AstraZeneca, qu’en est-il des essais cliniques? A quelle phase se trouvent-ils? Et où se déroulent ces essais?
Le vaccin candidat d’AstraZeneca est l’un des projets les plus avancés aussi, il est en phase III d’essai clinique dans plusieurs pays au monde, à savoir, le Royaume uni, les Etats unis, le Brésil, l’Afrique du Sud et le Japon… et plusieurs pays ont conclu des contrats pour mise sur le marché de ce vaccin, tel que les Etats unis, la Suisse, la France, l’Allemagne, l’Italie, les Pays bas et le Maroc. Il est à rappeler que les résultats des phases 1 et 2 du vaccin d’AstraZeneca sont publiés dans une des revues scientifiques internationales de renommée, The Lancet. Le candidat vaccin AstraZeneca donne également des résultats promoteurs. La phase III des essais cliniques est toujours en cours, et les résultats définitifs sont prévus d’être communiqués avant la fin de l’année.

Quand aura-t-on les résultats finaux des essais cliniques de ce vaccin?
Les résultats intermédiaires seront communiqués fin novembre 2020, mais le suivi sera assuré jusqu’à l’année prochaine (octobre 2021).

Y a-t-il dans le pipe d’autres vaccins en prospection?
Il existe d’autres candidats vaccins développés aux différents pays au monde entier dont le projet est avancé comme celui de CanSino Biological Inc (Chine), Gamaleya Reasearch Institute (Russie), Janssen Pharmaceutical Companies (Belgique), Moderna (USA) et Pfizer (USA).

Quel message pouvez-vous donner, en tant que responsable du ministère de la Santé, pour rassurer les Marocains sur l’innocuité des vaccins qui seront utilisés lors de la future campagne de vaccination?
D’une part, il faut savoir que grâce aux efforts et à la vision anticipative de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le peuple marocain sera l’un des premiers au monde à avoir accès au vaccin et tout cela pour sa protection et pour lui permettre de retourner à sa vie normale. Surtout que la situation épidémiologique actuelle est alarmante et a engendré l’encombrement dont souffrent les services de santé dans des régions où la situation est difficile.

D’autre part, du point de vue scientifique, le vaccin en phase III a réussi des études précliniques d’innocuité sur 5 espèces animales. Les résultats de ces essais ont démontré que le vaccin est tolérable et n’a engendré aucun effet indésirable grave. Après ces études précliniques, le vaccin a fait l’objet de deux études cliniques sur l’Homme en phases I et II tout en vérifiant les différents schémas de vaccination et la mesure du taux de production d’anticorps. La phase III a été entamée après la réussite du vaccin candidat aux étapes précédentes chez l’Homme sur une population de volontaires des différents pays dans le monde.

Aussi, la campagne de communication sera lancée pour expliquer des aspects liés à la vaccination afin que les citoyens puissent en connaitre les bases, les orientations et le mode opératoire, le but étant d’assurer leur adhésion à cette opération et de garantir une «confiance collective» concernant la sécurité et l’efficacité du choix marocain. Et, pour conclure, nous assurons que le vaccin ne peut être administré aux citoyens qu’après avoir eu les preuves scientifiques qui montrent son efficacité et sa sécurité.


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger