L'arbitre marocaine, première femme de l'historie à faire partie du staff arbitral d'une finale de la CAN

Bouchra Karboubi, encore plus dans l’histoire

Bouchra Karboubi, c’est l’histoire d’un rêve d’enfance devenu une réalité. Férue du ballon rond, puis vite charmée par le monde de l’arbitrage, a sereinement gravi les échelons pour devenir un modèle dans le milieu de l’arbitrage féminin.

Dimanche 6 février 2022 au Stade d’Olembe à Yaoundé, quelques minutes après le coup de sifflet final scellant le premier sacre du Sénégal en Coupe d’Afrique des nations (CAN), au dépens de l’Égypte. Une jeune femme aux cheveux blonds en queue de cheval et vêtue d’un tenue d’arbitre, déambule sur la pelouse du terrain et identifie sa cible: Sadio Mané, meneur des Lions de la Teranga, fraîchement élu meilleur joueur de la compétition. Elle sort son smartphone et demande à la star de Liverpool de prendre un selfie avec elle. Enivré par la joie de sa double consécration au terme de cette CAN, le joueur ne pouvait qu’accepter, tout sourire.

L’image des deux se prenant en selfie fait le tour de la toile immédiatement, et davantage de Marocains font connaissance de cette jeune femme: Bouchra Karboubi. À 33 ans, cette inspecteur de police de profession a déjà écrit l’histoire à de multiples reprises. La dernière fois remonte justement à cette 33ème édition de la CAN au Cameroun, où elle est devenue la première femme à faire partie du staff arbitral d’une finale de la plus prestigieuse des compétition footballistiques africaines.

La native de la ville de Taza en 1988 a été en effet choisie par la Confédération africaine de football (CAF), pour mener l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR) du choc Sénégal-Égypte, aux côtés de ses deux compatriotes Adil Zourak et Zakaria Brensi. Une vingtaine de jours auparavant, toujours dans le cadre de la CAN, Bouchra Karboubi devient, en compagnie d’une autre Marocaine, Fatiha Jermoumi, les premières femmes à arbitrer dans le tournoi masculin.

L’arbitrage dans la peau
Dernière d’une fratrie de cinq, Bouchra Karboubi fait ses premiers pas dans l’univers du ballon rond à l’âge de 11, mais en tant que joueuse. Une passion qui finira vite par prendre une autre forme. En 2001, l’adolescente profite de l’ouverture d’une école d’arbitrage dans sa ville natale et lance sa carrière en devenant arbitre dans les tournois de jeunes. Un choix qui ne passe pas auprès de son entourage, alors que l’arbitrage a longtemps été un domaine fortement masculin.

Depuis, elle ne cesse de gravir les échelons. Elle profite de la création, en 2007, du premier championnat de football féminin au Maroc, pour devenir arbitre nationale à l’âge de 19 ans seulement. En 2016, elle décroche le statut d’arbitre internationale, qui lui ouvre par la suite les portes des plus grands tournois de football. Elle officie alors à la CAN féminine 2018 au Ghana, et dirige des rencontres internationales. Ses prestations plus qu’honorables lui ont valu de figurer parmi les candidates en lice pour arbitrer à la Coupe du monde féminine de 2023 en Australie et Nouvelle-Zélande.

Entre temps, Bouchra Karboubi a écrit une autre ligne de l’histoire sur le plan national, en devenant, le 10 octobre 2020, la première femme à arbitrer à un match de la Botola pro, lors d’un match Tétouan- OCK. Un match qu’elle a d’ailleurs dirigé avec succès.