Blanchiment d'argent: Plus de 85 millions de dirhams saisis en 2020

Le Maroc ne cesse de lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Deux phénomènes graves qui préoccupent au plus haut point les autorités marocaines qui ont mis en place un arsenal juridique et institutionnel pour se conformer aux recommandations des organisations internationales, dont le GAFI (groupe d’action financière), connu pour sa lutte inlassable contre le blanchiment d’argent.

Le Ministère public, dans son rapport annuel pour 2020, vient de révéler que les autorités marocaines ont saisi pendant l’année dernière environ 85 millions de dirhams soupçonnés d’être blanchis dans l’économie marocaine. En collaboration avec l’Unité de traitement du renseignement financier, le président du Parquet annonce que 71 affaires de blanchiment d’argent ont été transférés au procureur du Roi près le tribunal de première instance de Rabat.

Trois autres juridictions dans le Royaume sont compétentes pour traiter les affaires de blanchiment d’argent. Il s’agit du tribunal de première instance de Casablanca, Marrakech et Fès. Malgré les efforts des autorités pour lutter contre ce phénomène, force est de constater qu’il ne cesse de s’aggraver. Trafic de drogue, trafic d’êtres humains, corruption, divers canaux illicites permettent en effet aux trafiquants et autres fraudeurs de ramasser des fortunes destinées par la suite à être injectées illégalement dans l’économie nationale