Bilan agricole en 2021: Les agriculteurs dans l'attentisme

Servie par une pluviométrie abondante en 2020, la campagne agricole 2020-2021 est réputée être exceptionnelle avec une récolte céréalière record de 103 millions de quintaux. Quant à la campagne 2021-2022, malgré le retard des pluies, elle poursuit, selon le ministère de l’agriculture, sur la même lancée que la précédente.

Les Marocains ne s’y attendaient vraiment pas. Alors que la crise pandémique bat toujours son plein avec des restrictions sanitaires draconiennes marquées, entre autres, par l’obligation des gestes barrières et la fermeture totale des frontières, l’agriculture nationale ne devait pas échapper à la spirale baissière qui caractérise l’économie marocaine. Mais le miracle s’est produit pour notre agriculture. Ainsi, servi par une pluviométrie abondante, le monde agricole a fait montre en 2021 de performances dépassant les prévisions, avec un rebond de la récolte céréalière couplé à une nouvelle campagne qui s’annonce prometteuse.

La campagne 2020-2021 se situe, en effet, parmi les meilleures campagnes des dix dernières années, se distinguant par une bonne répartition temporelle de la pluviométrie et une concomitance avec les stades clés de développement des céréales. En effet, la production définitive des trois céréales principales est estimée à près de 103,2 millions de quintaux, en hausse de 221% par rapport à la campagne d’avant. Cette production est issue d’une superficie emblavée en céréales principales de 4,35 millions d’hectares, pratiquement similaire à celle de la campagne précédente (0,3%).

Au titre de l’année 2021, la valeur ajoutée agricole a été estimée à 130 milliards de dirhams, en hausse de plus de 18%, tandis que le rendement moyen s’est établi à 23,7 quintaux par hectare, en hausse de 320%. Dans le même sens, les résultats des plateformes de démonstration des céréales et légumineuses au titre de la campagne agricole 2020-2021 publiés par le groupe OCP ont soulevé un rendement moyen de 44 quintaux par hectare avec un gain moyen au niveau national de 22% par rapport aux parcelles témoins. Concernant les légumineuses, les plateformes de démonstration ont enregistré une amélioration de rendement d’environ 28% par rapport aux témoins avec un rendement moyen au niveau national de plus de 18,4 quintaux par hectare chez les plateformes de démonstration (PFD) et 14,4 quintaux par hectare chez les témoins.

Disponibilité des intrants
Pour la campagne agricole 2021-2022, en dépit du retard des pluies, le ministère de l’agriculture estime qu’elle poursuit sur cette lancée grâce aux récentes précipitations. En outre, d’énormes efforts ont été déployés en vue d’assurer une amélioration de la résilience du secteur agricole face aux changements climatiques.

Pour cette nouvelle saison agricole, le ministère de l’agriculture a pris une série de mesures et dispositions nécessaires permettant d’assurer la disponibilité des intrants agricoles (semences, engrais et produits de traitement) et l’accompagnement des agriculteurs.

Ainsi, le ministère met à disposition environ 1,6 million de quintaux de semences certifiées de céréales qui seront commercialisées à des prix subventionnés. S’agissant des engrais, il est prévu un approvisionnement du marché à hauteur de 490.000 tonnes d’engrais de fond, en assurant la stabilité des prix des engrais phosphatés et la rationalisation de leur utilisation sur la base des cartes de fertilité des terres agricoles établies sur 7,8 millions d’hectares.

En matière d’irrigation, le ministère envisage de poursuivre le programme national d’économie d’eau d’irrigation, à travers l’équipement de 45.000 hectares d’exploitations agricoles en systèmes d’irrigation localisée et l’achèvement de la modernisation des réseaux d’irrigation collectifs sur une superficie de 107.000 hectares et sa poursuite sur une superficie de 48.000 hectares.

Par ailleurs, l’assurance agricole multirisque climatique sera étendue pour les céréales, les légumineuses et les cultures oléagineuses sur une superficie de 1,2 million d’hectares, contre 1 million d’hectares lors de la campagne précédente, alors que le programme d’assurance multirisques pour les arbres fruitiers sera poursuivi pour assurer près de 50.000 hectares. Il est aussi prévu de poursuivre l’encouragement de l’investissement dans le secteur agricole à travers l’octroi d’incitations dans le cadre du Fonds de Développement Agricole. Le montant des subventions prévisionnel pour 2022 est de près de 4,5 milliards de dirhams pour un investissement global de 9,2 milliards de dirhams.

Quant au financement, le Groupe Crédit Agricole du Maroc, comme à l’accoutumée, a pris les dispositions financières et réglementaires nécessaires, à l’image des campagnes précédentes, pour répondre aux besoins de la campagne agricole. En effet, une enveloppe de 8 milliards de dirhams est dédiée au financement de l’actuelle campagne, contre 4 milliards de dirhams seulement lors des campagnes précédentes, avec le lancement de nouveaux produits Tasbiq FDA et Tasbiq Tasdir. Tout un programme servi aux agriculteurs marocains avec en prime une nouvelle stratégie agricole, Génération Green, lancée après la fin du Plan Maroc Vert. Une nouvelle stratégie ambitieuse qui vise à augmenter la productivité agricole et la résilience aux changements climatiques, ainsi que l’insertion économique des jeunes, particulièrement dans le milieu rural.