BENKIRANE REFUSE DE MOURIR

SORTIE MÉDIATIQUE DE L’ANCIEN CHEF DU GOUVERNEMENT

L’ancien Chef du gouvernement se dit “indisposé par tout ce qui arrive ces jours-ci dans notre région, surtout au sein du PJD auquel [il] appartien[t]”. Mais à quoi fait-il référence exactement?

Curieuse sortie que celle que vient d’effectuer l’ancien Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, sur Arabi21, dans un article que ce média électronique basé à Londres a publié le 10 juin 2020, en fin de matinée. D’abord, par le choix du média, dont c’est un secret de polichinelle qu’il est détenu par le Qatar -l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis avaient exigé de leur voisin, en juillet 2017, de le faire fermer, entre autres conditions pour lever le blocus qu’ils avaient déclaré à son encontre quelques semaines plus tôt.

Une habitude, en somme, pour les dirigeants du Parti de la justice et du développement (PJD), dont le secrétaire général et, accessoirement, successeur de M. Benkirane à la primature, Saâd Eddine El Othmani, avait carrément donné l’exclusivité, le 8 juin, à un autre média électronique qatari, en l’occurrence Arabic Post, du plan de déconfinement que comptait entreprendre le Maroc deux jours plus tard. Mais il y a aussi le contenu des déclarations de M. Benkirane.

Reprenant une citation qu’il attribue à l’ancien secrétaire général du Parti de l’Istiqlal (PI), Allal El Fassi, le leader islamiste explique, en substance, qu’il “ne veu[t] pas être considéré comme mort avant de mourir”. La mort dont il est question est bien sûr symbolique, comme le précise Arabi21, et le fait est que trois ans après avoir été remplacé par M. El Othmani aussi bien à la tête du gouvernement, en mars 2017, que quelques mois plus tard celle du PJD, en décembre 2017, M. Benkirane semble toujours amer. Ainsi, ce dernier est à l’évidence toujours décidé à jouer un rôle dans la vie politique nationale, d’autant plus qu’il considère que son parti a, sans lui, mal tourné. A cet égard, il s’est dit “indisposé par tout ce qui arrive ces jours-ci dans notre région, surtout au sein du PJD auquel [il] appartien[t]”; refusant toutefois d’en dire plus.

Exclusivité qatarie
Fait-il référence à l’affaire du ministre d’État chargé des Droits de l’Homme et des Relations avec le Parlement, El Mostafa Ramid, et du ministre de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle, Mohamed Amakraz, que le secrétariat général de la formation de la lampe a blanchis le 3 juillet même s’il s’était avéré qu’ils n’avaient pas déclaré certains salariés de leurs cabinets d’avocats respectifs à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS)? La proximité des dates laisse supposer que oui; mais quoi qu’il en soit, M. Benkirane n’en est pas à son premier coup d’essai contre l’actuelle direction du PJD: rappelons qu’il l’avait par exemple, tout au long de l’année 2019, attaquée sur la loi-cadre relative au système d’éducation, qui avait introduit l’enseignement de certaines matières en français et anglais au détriment de l’arabe. Tous les moyens semblent ainsi bons pour revenir à la lumière, mais il y a lieu de se poser des questions sur l’efficacité de telles interventions dans les médias quant à leurs objectifs finaux.


4 commentaires

  • ben mhammed

    13 Juillet 2020

    ''La politique est une guerre sans effusion de sang....''disait Mao Tse Toung. Ce charlatan a de son cote déclare la guerre a tout le peuple marocain.Il n est pas le premier ou le dernier a le faire .Mais dans son cas a lui ,l ignominie a été poussée a l extrême.En effet ,il n y a pas plus vil que d exploiter la fibre religieuse de la majorité écrasée de la nation pour assouvir sa soif excessive du pouvoir.Pour ce faire ,il n a pas hésité une seconde a retourner sa veste et a effacer l image idyllique de la société juste et équitable qu il avait promise a la populace. cet imposteur est non seulement mort mais incinéré politiquement et ses cendres jetées ,comme disait Trotski , dans la poubelle de l histoire.Si les politologues et les sociologues continuent a chercher les causes du dégoût manifeste des contribuables envers la chose politique ,ils ont tout intérêt a se pencher sur l héritage politique de cet énergumène sans oublier ceux qui l ont devance.

  • Mansour Essaïh

    14 Juillet 2020

    ''... la majorité écrasée de la NATION...'' n'est pas de '' la populace'' !! L’imam de la terreur Trosky, de son vrai nom Levy David Bronshtein, n’est pas le bon exemple. C’est un cocktail - molotov constitué d’un nihiliste, d’un anarchiste, d’un socialo-communiste et d’un ADEPTE et IMAM de la TERREUR ROUGE d’extermination des masses. Il me semble que ce sont Marx, Lénine et bien sûr TROTSKY & Cie qui ont été définitivement jetés à la poubelle de l’Histoire le 26/12/1991 lors da chute douloureuse mais combien bienfaitrice de l’empire soviétique. Xxxxxxxxxxx Une seule personne l’a échappé belle ; c’est bien Mao Tsé-toung qui a été définitivement mais dignement enterré par les siens.

Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger