Benkirane: "Je n'aurais jamais imaginé une telle défaite pour le PJD"

Questions à Abdelilah Benkirane, ancien chef du gouvernement

C’est un Abdelilah Benkirane sans mots, confus et déconcerté que Maroc Hebdo a eu l’occasion d’interviewer au lendemain des élections législatives, régionales et municipales. Des élections où le Parti de la justice et du développement (PJD) a subi une véritable mise à mort politique à cause des votes-sanctions. Réactions à chaud de l’ancien secrétaire générale du PJD.

Le Parti de la justice et du développement a essuyé un échec historique lors de ces élections. Les Marocains l’ont sanctionné par les urnes. On s’attendait à un vote-sanction mais pas à une véritable mise à mort de ce parti d’obédience islamiste. Quelle a été votre réaction suite aux résultats des élections, que certains qualifient d’humiliantes pour le parti?
Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il s’agit d’une mise à mort. Vous avez certainement lu la lettre que j’ai adressée au parti au lendemain des élections, une lettre où j’invite le secrétaire général du parti à assumer ses responsabilités, à démissionner et à provoquer un congrès extraordinaire du parti pour renouveler ses instances. C’est tout ce que je peux dire pour l’instant.

On a effectivement vu la lettre. Mais quelle est votre réaction par rapport à ces résultats? Le PJD a perdu près de 90% de ses sièges au parlement. Jamais un parti n’a été aussi sanctionné de la sorte.
Vous savez… (soupirs). Je ne sais pas. Je n’ai pas de lecture précise, pour le moment, je ne sais pas. C’est trop, c’est ma seule réaction.

On vous sent choqué. Pourtant, plusieurs de vos militants ont été priés de «dégager» lors de la campagne électorale, notamment Saâd Eddine El Othmani, Mustapha El Khalfi, Abdellah Bouanou… N’était-ce pas prévisible?
Pour être direct avec vous, je m’attendais à des résultats un peu modestes. Mais jamais je ne me serais attendu à une telle débâcle. Je me disais que nous allions occuper la troisième place, peut-être la quatrième place dans le pire scénario. Mais jamais, au grand jamais, je ne prévoyais un tel scénario. Nous sommes arrivés huitièmes. C’est énorme. Je ne suis pas choqué, mais plutôt surpris et étonné.

Quelles sont les causes de cette défaite cuisante? Quelle est donc la leçon à retenir pour le PJD?
Sans commentaire. Au revoir.