Béni Mellal: Convention tripartite pour l'organisation de la 2ème université de printemps au profit des jeunes MRE

Abdelkrim Benoutiq, Ministre délégué chargé des marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration, Ibrahim Moujahid, Président du conseil de la région de Béni Mellal-Khénifra et Nabil Hmina, Président de l’université Sultan Moulay Slimane, ont signé, 15 mars 2019, à Rabat, une convention de partenariat portant sur l’organisation de la 2ème université de printemps au profit des jeunes MRE. Cette 2ème édition se déroulera du 10 au 14 avril prochain à Béni Mellal sous le thème « Le Maroc Pluriel, Terre du Vivre-Ensemble ».

Une centaine de jeunes étudiants MRE, âgés de 18 à 25 ans, en provenance de différents pays de résidence, prendront part à ce programme à Beni Mellal. Ils auront l’occasion, pendant cinq jours, à côté d’étudiants de l’université Sultan Moulay Slimane, de suivre des activités riches et diversifiées. D’imminents conférenciers et professeurs encadreront les débats et discussions. La 2ème université de printemps sera une expérience unique en son genre pour ces jeunes. Elle contribuera, sans doute, à améliorer leur connaissance du Maroc et à les rapprocher davantage des valeurs fondatrices de la société marocaine.

Ce nouveau cadre de partenariat vise à asseoir les mécanismes de coopération et de concertation mutuelle, entre les parties signataires, pour assurer le bon déroulement de la 2ème édition de l’université de printemps. Conformément à cette convention, l’Université assurera l’encadrement des participants, au sein d’un espace universitaire propice à l’échange et à l’ouverture, tandis que le Ministère et le Conseil de la Région assureront la mise en place des outils d’accompagnement et de suivi.

Cette initiative tripartite, entre Ministère, Région et Université, se veut très novatrice comme approche dans la conception de réponses aux besoins et attentes de l’immigration marocaine. Les jeunes constituent un centre d’intérêt majeur dans la stratégie gouvernementale en faveur des MRE. Le renforcement des liens avec la communauté marocaine établie à l’étranger, principe consacré par la constitution de 2011, est conditionné par une meilleure connaissance de ces jeunes MRE de leurs racines.


1 commentaire

  • Habib Cherkaoui

    27 Mars 2019

    LA TARE DE BENI-MELLAL: D´abord, il s´agit d´une excellente initiative amenant les jeunes MRE à s´investir dans la région. Cependant, Beni-Mellal malgrè des atouts exceptionnels(agriculture, parcs nationaux comme celui de M´Goun, infrastructures(barrage de Bin-El Ouidane) etc.. manque de vision. En effet, Beni-Mellal est touchée par un état d´esprit bien "mellali" des années 1970. Cet état d´esprit "mellali" peut se résumer en un mot: le je-m´enfoutisme, hachakoum. Ainsi, du jour au lendemain, vers la fin des années 1960, toute une source d´eau classée d´´ utilité publique au temps du Protectorat fut saccagée. Des hectares d´arbres, de buissons centenaires furent rasés sans compter la perte d´une flore et faune inestimables et rares. Donc, tout le bassin de la source Aïn Tamegnouth fut sacrifié pour quelques dirhams empauchés par les caïds et autres afin de donner des permis de construire immobiliers sur un terrain à intérêt national. La source et ses bassins et sa rivière et ses jardins naturels sont devenus des poubelles nauséabondes qui empestent la ville.Avant ce crime, Beni-Mellal était connue pour la senteur des roses sauvages, du thym, de la lavende...Puis, l´autre source Aïn-Asserdoun fut défigurée par du béton et les mellalis lavent leur voiture et camions dans...ces eaux. Cet esprit je m´enfoutiste s´étend aussi dans la vieille ville: des monuments(mosquées, anciennes écoles, bibliothéques etc..) centenaires furent délaissés. En ruine aujourd´hui. Et comme cerise sur le gâteau, les petits parcs et jardins publics de Beni-Mellal qui étaient des havres pour les familles...furent délaissés pour y construire des cafés ou tout simplement transformés en poubelles. Le centre de la vieille ville (Ghdira Al Hamra) est occupé par des marchands ambulants et là où hier se trouvait un parc ombragé avec une fontaine, on trouve aujourd´hui des tonnes puantes de détritus de toutes sortes, des poissons pourris aux déchets de légumes et de fruist qui fermentent. C´est en résumé l´esprit de Beni-Mellal et de toute la région. La petite ville de Tadla à 30 km fait beaucoup mieux.Ou Kalaat Esraghna. Mais Beni-Mellal est malade de son esprit et de son je m´enfoutisme. Dommage, car bien gérée, cette région serait autrement. Comme quoi, il est constructif d´inciter les jeunes MRE á s´intéresser au développement de la Région De Beni-Mellal, mais il est aussi important de d´abord se débarasser d´un héritage de je m´enfoutisme mellali qui gangrène les esprits.

Laisser un commentaire