CGAM Hssabe 970X250

BENCHAÂBOUN DANS L'EXPECTATIVE

PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE À L’ÉTUDE

Le département de Mohamed Benchaâboun se donne le temps de se pencher sur l’examen des scénarios possibles selon l’évolution de la situation.

Le recours à une loi de finances rectificative, dans le cadre de l’urgence dictée par la pandémie, est une solution à retenir à condition que nous ayons «une vision claire sur l’avenir», vient d’annoncer, tout récemment, Mohamed Benchaâboun. Une vision plus que jamais liée à la vérification de «deux hypothèses de travail établies dans le cadre d’une étude menée par le département des finances, depuis le lundi 20 avril 2020, en concertation avec tous les secteurs», préciset- il. Ces deux hypothèses concernent, d’une part, «la durée de la période de confinement sanitaire et son éventuelle prorogation» et, d’autre part, «les mesures qui seront prises par nos principaux partenaires économiques et commerciaux quant à la demande qui nous sera adressée». Une fois ces deux hypothèses étudiées, nous serons, alors, «en mesure de présenter un projet de loi de finances rectificative », souligne-t-il.

Rappelons qu’auparavant le ministre de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, avait déclaré, devant la Commission des Finances de la Chambre des représentants, au cours de la première semaine d’avril, que «Le Maroc ne dispose pas de données internes ou externes pour les hypothèses émises», tout en notant que son ministère «met au point des scénarios sur la poursuite de cette épidémie pendant un ou deux mois». M. Benchaâboun a même laissé entendre que «le gouvernement ne comptait pas présenter une loi de Finances rectificative, du moins pour le moment».

Les scénarios possibles
Il est , en effet, difficile, dit-il, «d’établir des prévisions rigoureuses et des chiffres détaillés dans la conjoncture actuelle, marquée par le manque de visibilité sur l’évolution de la situation tant au niveau national qu’international. Combien de temps durera la crise? Comment seront les économies des partenaires économiques du Maroc? Difficile de se prononcer, pour le moment, sur la question», comme l’observait l’argentier du Royaume. Tout en soulignant qu’«il s’agit seulement d’un ajournement».

Les députés, eux, indiquaient qu’une loi de Finances rectificative s’impose avant la fin de l’année. En attendant cette mesure, le département de M. Benchaâboun se donne le temps de se pencher sur l’examen des scénarios possibles selon l’évolution de la situation. En espérant le meilleur et en se préparant au pire.