Benchaâboun: "Nous avons débloqué les 10 milliards de Dhs initiaux du fonds COVID-19"

Le décret portant création du Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du Covid-19 est clair. L’Etat devait débloquer les 10 milliards de dirhams initiaux du budget général. Le détail sur cet argent désormais débloqué, puisé dans le budget de l’investissement et dans le budget de certaines dépenses publiques.

Sur instructions royales, le Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du Covid-19 a été créé avec un apport initial du budget général de l’Etat de 10 milliards de dirhams. Ces 10 milliards initiaux ont-ils été débloqués ?
Oui, en effet, nous avons débloqué les 10 milliards de dirhams du budget général de l’Etat.

Comment ces 10 MMDH sont-ils dépensés?
En application des hautes instructions royales, les montants mobilisés serviront, d’une part, pour la prise en charge des dépenses de mise à niveau du dispositif médical et, d’autre part, pour le soutien de l’économie nationale pour faire face aux chocs induits par cette pandémie ainsi que la préservation des emplois et l’atténuation des répercussions sociales de la pandémie. Ainsi, les bénéficiaires des premiers versements à partir de ce fonds sont détaillés comme suit :

- 2 MMDH, débloqués au profit du ministère de la Santé, pour le renforcement du dispositif médical, notamment l’achat d’équipement médical et hospitalier, l’achat de médicaments, ainsi que le renforcement de ses moyens de fonctionnement ;

- 1 MMDH, au titre d’un premier acompte, versé à la CNSS, en vertu de la convention conclue entre l’Etat, la CNSS et la CGEM, pour l’octroi de l’indemnité forfaitaire mensuelle nette de 2.000 DH au profit des salariés, des employés sous contrat insertion et des marins pêcheurs à la part en arrêt provisoire de travail déclarés à la CNSS au titre du mois de février 2020, et relevant des entreprises en difficulté, affiliés à la CNSS, et ce, pendant la période allant du 15 mars au 30 juin 2020.

Ces milliards contribueront-ils à appuyer le secteur informel?
En effet, ce montant de 10 milliards de dirhams permettra également de contribuer à la prise en charge des mesures décidées en faveur du secteur informel directement impacté par le confinement obligatoire. Ainsi, dans une première phase, les ménages ramedistes opérant dans l’informel qui n’ont plus de revenus du fait du confinement obligatoire, peuvent bénéficier d’une aide de subsistance déterminée comme suit: 800 dirhams pour les ménages de deux personnes ou moins; 1.000 dirhams pour les ménages formés de trois à quatre personnes; et 1.200 dirhams pour les ménages de plus de quatre personnes. Le versement de cette aide provisoire débute aujourd’hui lundi 6 avril. Il s’étalera sur plusieurs jours afin d’éviter les attroupements en cette période de confinement et s’appuiera aussi bien sur les réseaux des guichets automatiques bancaires que sur des points physiques pour les mises à disposition des sommes versées.

Dans une seconde phase, à partir de cette semaine, les autres catégories opérant dans l’informel qui ont perdu leurs revenus à cause du confinement, pourront faire leurs déclarations dans un site électronique qui sera créé à cet effet. Les montants des aides qui seront accordées dans le cadre de cette dernière phase sont les mêmes que ceux réservés aux ménages ramedistes.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger