La BCP scelle un partenariat stratégique avec l'AMEE

Investissements dans l’économie verte

Une convention de partenariat a été signée, mardi 25 mai 2021, à Rabat, entre l’Agence marocaine de l’efficacité énergétique et le groupe Banque centrale populaire pour la promotion de l’investissement dans les secteurs de l’économie verte.

Paraphée par le directeur général de l’AMEE, Saïd Mouline, et le directeur général de la banque commerciale du groupe BCP, Jalil Sebti, la convention s’inscrit dans le sillage de la feuille de route nationale consistant notamment à inciter le système financier à consolider la finance verte et à en faire un levier idoine pour atteindre les objectifs de la Stratégie nationale de développement durable (SNDD), qui cible une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 42% à horizon 2030.

En vertu de cette convention, d’une durée de trois ans renouvelables, l’AMEE s’engage à apporter l’assistance technique à la BCP dans le conseil et la sélection des projets éligibles dans le cadre des offres de financements dédiées à l’économie verte, ainsi qu’à tenir des sessions de formation et de sensibilisation dans ces domaines, tout en fournissant la documentation et les supports de communication y afférents (brochures, guides…).

Le partenariat, conclu en marge des «Régionales de l’investissement» de la BCP sur la relance économique, a été l’occasion de mettre en exergue l’apport et l’engagement de l’AMEE pour ériger l’efficacité énergétique et l’économie verte comme des priorités nationales, et ce afin d’accélérer la transition énergétique pour installer le Maroc dans la croissance verte. Saïd Mouline souligne la nécessité de renforcer la finance verte, compte tenu de ses retombées positives sur l’environnement, l’économie et le volet social, grâce notamment à la création d’emplois.

Il a incité les entreprises à s’inscrire davantage dans le cadre de l’efficacité énergétique, en utilisant au maximum les énergies renouvelables pour améliorer leur compétitivité, décarboner et baisser leur facture et, in fine, réduire la dépendance énergétique nationale.