La bataille électorale commence

PRÉPARATIFS POUR LES FUTURES ÉLECTIONS

Le futur scrutin des chambres professionnelles, prévu le 6 août 2021, est un test pour les partis politiques pour tâter leur popularité et leurs chances de succès pendant les élections communales et législatives. Le RNI se positionne en favori pendant ces élections.

Il ne reste plus que quelques jours pour l’organisation des futures élections. Un scrutin multiple (législatif, communal et chambres professionnelles) qui va se tenir cette année dans un contexte sanitaire difficile après la hausse record des contaminations au Covid-19.

Pour les élections des chambres professionnelles, prévues le 6 août 2021, le ministère de l’Intérieur note plus de 12.383 pour 2.230 sièges à pourvoir, soit une moyenne nationale de près de six candidatures pour chaque siège.

Les candidatures sont réparties entre les chambres d’agriculture (2.461 candidatures), soit une moyenne de près de 4 candidatures pour chaque siège, les chambres de commerce, d’industrie et de services (5.377 candidatures, soit une moyenne de plus de 6 candidatures), les chambres d’artisanat (4.243 candidatures, soit une moyenne de près de 8 candidatures) et les chambres des pêches (302 candidatures, soit une moyenne de près de 3 candidatures pour chaque siège).

Les candidatures déposées par des femmes sont au nombre de 2.940, réparties entre les chambres d’agriculture (148), les chambres de commerce, d’industrie et de services (1.513), les chambres d’artisanat (1.231) et les chambres des pêches (48). Le RNI est le premier parti à avoir présenté le plus grand nombre de candidats à ces élections, à savoir 1.938 candidats, soit plus de 15% du total des candidatures présentées. Un record pour ce parti qui demeure tout de même ancré dans le monde des affaires.

Résultats pourraient être surprenants
Beaucoup pensent que le RNI, présidé par Aziz Akhannouch, qui est à la fois ministre et homme d’affaires, compte conquérir le plus grand nombre de sièges dans ces élections des chambres professionnelles. Il est suivi du parti de l’Istiqlal, avec 1.648 candidats, le parti Authenticité et Modernité (1.487 candidats), l’USFP (917 candidats), le Mouvement populaire (898 candidats) et le PJD avec seulement 784 candidats.

Mais le nombre définitif des candidatures sera arrêté après la remise des récépissés aux candidats ayant déposé leurs candidatures aux derniers moments de la période réservée au dépôt des candidatures et après que les tribunaux spécialisés auront statué sur les recours relatifs aux candidatures dont ils étaient saisis. La campagne électorale pour ce scrutin a démarré ce mercredi 28 juillet et prendra fin jeudi 5 août à minuit.

La bataille pour ces élections, bien que limitées aux membres des chambres professionnelles, demeure certainement un baromètre qui va déterminer le sort des autres élections, notamment communales et législatives. Il n’y a nul doute que ces deux dernières élections demeurent les plus importantes pour le pays. Prévues le 8 septembre 2021, elles détermineront le parti qui conduira la prochaine majorité gouvernementale.

Pour beaucoup, la bataille sera extrêmement rude entre les principaux partis, à savoir le RNI, le PJD, le PAM et l’Istiqlal. Bien que le PJD soit crédité par un faible score électoral selon certaines sources, mais les résultats pourraient être surprenants au vu du faible taux de participation de la population.