La Banque mondiale accorde un prêt de 450 millions de dollars au Maroc

ACCÈS AUX SERVICES FINANCIERS ET NUMÉRIQUES

Le programme vise également à favoriser des solutions de financement innovantes, telles que le financement participatif, un secteur émergent dans lequel le Maroc figure parmi les leaders au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

La Banque mondiale a accordé un énième prêt, cette fois-ci de 450 millions de dollars. L’objectif de ce financement, approuvé par la Banque mondiale le jeudi 17 juin 2021, est de soutenir le Maroc dans ses réformes visant à accroître l’accès aux services financiers et numériques. «La crise du Covid-19 a touché de manière disproportionnée les plus vulnérables, notamment les femmes, les jeunes, les travailleurs informels et les petites entreprises. Pour ces segments de la société, l’amélioration de l’accès financier et numérique s’est avérée essentielle pour réduire leur exclusion sociale pendant la crise, et pour maintenir l’accès aux services de base et promouvoir l’entrepreneuriat numérique», a déclaré Jesko Hentschel, directeur de la Banque mondiale pour le Maghreb.

Comme pour le premier prêt, le programme actuel vise à approfondir les réformes visant à renforcer la résilience financière des ménages et des très petites, petites et moyennes entreprises. «L’amélioration de l’accès au financement pour les start-ups et les petites entreprises est un objectif clé de cette opération d’appui budgétaire, qui met également l’accent sur l’élargissement de l’accès à la micro-assurance en tant que clé du renforcement de la résilience », a déclaré Onur Ozlu, économiste principal et co-chef d’équipe à la Banque mondiale.

Appui budgétaire
Ce programme vise également à favoriser des solutions de financement innovantes, telles que le financement participatif, un secteur émergent dans lequel le Maroc figure parmi les leaders au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Le programme soutient également des mesures politiques pour permettre le déploiement du programme de protection sociale du pays. Il s’agit notamment de la création d’identifiants numériques pour l’identification facile des bénéficiaires de l’aide sociale, ainsi que la facilitation des paiements sans numéraire dans le cadre des programmes de transfert monétaire.

Le renforcement des infrastructures numériques et leur accès est un pilier central de ce programme et une priorité du nouveau modèle de développement du Maroc. «S’appuyant sur la stratégie du gouvernement et les enseignements tirés du Covid- 19, le programme global soutient les réformes visant à stimuler la concurrence sur les marchés du haut débit et à étendre la connectivité dans environ 2.400 localités rurales mal desservies», a déclaré pour sa part Arthur Foch, spécialiste principal du développement numérique et co-chef d’équipe à la Banque mondiale.

Par ailleurs, l’institution de Bretton Woods a précisé que les moyens de subsistance des femmes ont été affectés négativement pendant la pandémie. Le programme donne la priorité à l’inclusion des femmes et à l’accès aux opportunités économiques puisqu’il encourage la création d’un bon environnement pour les start-ups dirigées par des femmes et pour augmenter la représentation des femmes dans les entreprises.