Selon Bank Al-Maghrib, le besoin des banques en liquidité s'atténue à 64,8 mmdh en décembre 2021

Des réserves de change en hausse

Au moment où les taux débiteurs assortissant les prêts aux particuliers sont restés quasiment inchangés, ceux appliqués aux prêts octroyés aux entreprises, qu’elles soit grandes, très petites, petites ou moyennes, n’ ont pas cessé d’ augmenter.

Le besoin en liquidité des banques s’est atténué, en décembre, à 64,8 milliards de dirhams (MMDH) en moyenne hebdomadaire, contre 71,5 MMDH un mois auparavant, reflétant essentiellement la hausse des réserves de change, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

Dans ce contexte, la Banque a injecté un montant total de 82,8 MMDH, incluant 36,5 MMDH à travers les avances à 7 jours, 22,7 MMDH sous forme d’opérations de pension livrée, 23,5 MMDH via les prêts garantis et 60 millions de dirhams (MDH) au titre de swap de change, indique BAM dans sa revue mensuelle de la conjoncture économique, monétaire et financière de janvier 2022. S’agissant du taux interbancaire, il s’est maintenu à 1,5% et le volume journalier des échanges sur le marché interbancaire s’est établi à 3,9 MMDH, fait savoir la même source.

Quasi-stabilité du taux moyen
Sur les autres marchés, les taux des bons du Trésor n’ont pas connu de variations importantes en décembre aussi bien sur le compartiment primaire que secondaire. Les taux de rémunération des dépôts à terme ont, pour leur part, enregistré en novembre des hausses mensuelles de 2 points de base à 2,15% pour ceux à 6 mois et de 30 points à 2,51% pour ceux à un an.

En ce qui concerne les taux débiteurs, les résultats de l’enquête de BAM auprès des banques relatifs au troisième trimestre 2021 indiquent une quasi- stabilité du taux moyen global à 4,35%. Par secteur institutionnel, les taux assortissant les prêts aux particuliers sont restés quasiment inchangés à 5,20%, recouvrant un accroissement de 66 points des taux appliqués aux comptes débiteurs et crédits de trésorerie, une baisse de 13 points de ceux des prêts à la consommation et une stabilité de ceux des crédits à l’habitat.

Quant aux taux appliqués aux prêts octroyés aux entreprises, ils ont augmenté de 13 points, traduisant notamment des hausses de 12 points pour les prêts aux grandes entreprises et de 15 points pour ceux aux très petites, petites et moyennes entreprises (TPME).