Une baisse de la vigilance provoquerait une deuxième vague de contamination

La situation épidémiologique semble s’améliorer dans le pays

Ce que l’on constate au lendemain de l’Aïd, c’est tout le contraire de cette vigilance qui devrait être de rigueur.

Le Maroc poursuit-il sa marche douloureuse mais progressive vers le contrôle de la propagation du Covid-19? C’est la question que l’on est en droit de se poser après avoir constaté, durant ces derniers jours, une baisse sensible des cas de contamination et la progression très significative des cas de guérison. Ainsi, selon le dernier bilan du jeudi 28 mai 2020 à 10 heures, le nombre de nouveaux cas enregistrés est de 35, portant ainsi le nombre total à 7.636 cas depuis le début de la crise du Covid-19 au Maroc.

La bonne nouvelle vient également du nombre de cas de guérisons. Ce chiffre s’élève désormais à 5.109 cas, soit plus de 66% des cas de contamination. 131 nouvelles guérisons ont été enregistrées pendant la seule journée du jeudi 28 mai 2020. Quant au nombre de décès, il se stabilise à 202 cas. Casablanca-Settat vient toujours en tête des régions les plus touchées avec 2.519 cas, suivie de la région Marrakech-Safi avec 1.329 cas et la région Tanger-Tétouan avec 1.067 cas. Le moins que l’on puisse dire est que la situation épidémiologique s’améliore sensiblement dans notre pays. Et ce à deux semaines environ de la levée officielle de l’état d’urgence sanitaire, prévue pour le 10 juin 2020.

Mais comme l’on est en droit d’espérer, on est également en droit de craindre le retour au point 0 avec le relâchement très poussé qu’on observe actuellement en préparation au déconfinement. Cette crainte de replonger dans le pire hante sérieusement les esprits des Marocains avec la découverte de nouveaux foyers, notamment à Casablanca considérée justement comme la ville la plus touchée par le Covid-19. Le dernier foyer découvert dans la métropole économique touche le célèbre quartier Bousbir, dans la vieille médina. Après la découverte de plusieurs cas positifs au Covid-19, le quartier a été totalement isolé et barricadé par les autorités pour empêcher la formation d’un grand foyer de la maladie.

Rondes, tournées et contrôles
Quelques jours avant l’Aïd, un autre foyer a été découvert dans le vieux marché Badr, qui a été fermé après la découverte de trois cas positifs du Covid-19 touchant des commerçants du marché. A ces deux foyers s’ajoutent plusieurs autres clusters industriels qui ont touché, dans des proportions plus importantes, des unités industrielles dans le quartier Aïn Sebaâ et Sidi Bernoussi. La baisse de la vigilance serait donc fatale pour la sécurité sanitaire des Marocains. D’où les rondes, les tournées et les contrôles policiers et sécuritaires qui doivent être maintenus, jour et nuit, pour isoler les foyers de contamination et inciter les Marocains à respecter scrupuleusement les règles de la prévention sanitaire.

Or, ce que l’on constate au lendemain de l’Aïd, c’est tout le contraire de cette vigilance qui devrait être de rigueur. Disparition des barrages de contrôle de la police dans les grandes artères à Casablanca, baisse de la garde des agents d’autorité dans les quartiers populaires et une circulation qui s’intensifie de plus en plus dans la métropole. Une situation qui inquiète au plus point les Casablancais, qui craignent une rechute brutale de la situation épidémiologique.


1 commentaire

  • Samir

    29 Mai 2020

    Bullshit, le Maroc c'est pas la France, le Maroc à le droit à la chloroquine, donc n'aura jamais de seconde vague, et surement pas en période estivale, étonnant que les médias marocains jouent la même propagande que les médias français, alors que les marocains eux ont droit au traitement le plus efficace contre le covid.

Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger