Importante baisse des primo-vaccinés au maroc

Un relâchement inquiétant

Le nombre de personnes ayant reçu la première dose est passé de 865.000 entre le 21 et le 31 octobre 2021, à 120.050 du 1er au 9 novembre. Une situation préoccupante.

La campagne de vaccination connaît un ralentissement au Maroc ces dernières semaines. Si on jette un coup d’oeil sur les statistiques du ministère de la Santé, on constate que le nombre de personnes ayant reçu la première dose est passé de 865.000 entre le 21 et le 31 octobre 2021, à 120.050 du 1er au 9 novembre. Un relâchement qui contraste avec l’engouement observé dans plusieurs centres de vaccination au lendemain de l’annonce de l’entrée en vigueur du pass vaccinal.

Une situation préoccupante. Les manifestations contre le pass vaccinal ont-elles dissuadé les primo-vaccinés? Non, répond Tayeb Hamdi, médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé. Selon lui, «c’est plutôt les fausses infos qui ont suivi la décision d’instauration du pass vaccinal qui ont influencé leur comportement. Des vidéos partagées sur les réseaux sociaux qui ont entretenu la peur chez cette partie de la population dont bon nombre étaient déjà un peu sceptique». Il appelle le gouvernement à renforcer la communication avec cette population qui est hésitante et réticente, à cause des préjugés, en mettant l’accent sur la transparence et la pédagogie.

L’immunité collective hypothéquée
«Les personnes réticentes ont souvent plus peur du vaccin que de la maladie. Elles pensent que l’injection du vaccin peut entraîner une paralysie ou une hospitalisation. Il faut toucher leur fibre patriotique, leur altruisme, leur citoyenneté et sens de responsabilité, en leur rappelant qu’au-delà de leur personne, le vaccin permet de protéger leur entourage et leurs concitoyens et d’éviter des cas graves, voire critiques», suggère-t-il.

D’après Dr. Moulay Said Afif, membre du Comité scientifique et technique, «si le Maroc avait maintenu la cadence observée auparavant, on pouvait arriver à l’immunité collective en décembre 2021, parce qu’il ne reste que cinq millions de personnes à vacciner pour y arriver. Malheureusement, on assiste actuellement à un relâchement qui risque de la retarder».

L’expert, par ailleurs président d’Infovac- Maroc, plateforme regroupant des experts de la vaccination, invite les Marocains à aller se faire vacciner parce que le Maroc n’est pas à l’abri d’une nouvelle vague, comme c’est le cas en France actuellement. C’est aussi, selon lui, une manière d’éviter les cas graves car les études ont montré que la vaccination réduit de 90% les risques de réanimation.

Articles similaires