Baisse du pétrole à l’international, les prix à la pompe au Maroc suivent timidement

Le prix du pétrole a baissé vendredi, après deux séances de hausse, sous l'effet des craintes liées à la croissance économique mondiale.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en octobre, lâchait 1,31% à 95,32 dollars, alors que celui du baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour échéance en septembre, perdait 1,27%, à 89,35 dollars.

Selon les analystes, les inquiétudes de récession continueront à peser sur le marché du pétrole, avec des données peu encourageantes venues de la zone euro et de Chine.

Par ailleurs, les prix du gaz en Europe restaient soutenus après un nouveau record en clôture la veille.

Ainsi, le TTF néerlandais, la référence du gaz naturel en Europe, avait fini quant à lui jeudi à 241,00 euros le mégawattheure (MWh), record historique de clôture, et poursuivait sa hausse en prenant 1,61% à 245,41 euros vendredi.

Au Maroc, le retour du prix du pétrole aux mêmes niveaux d’avant l’invasion par le Russie de l’Ukraine, le 24 février, donne du grain à moudre aux appels à faire baisser les prix à la pompe. 

Les prix du diesel et de l’essence oscillent, mi-août, autour de 14 dirhams/litre et 15 dirhams/litre respectivement, après avoir atteint un pic historique de presque 18 dirhams/litre début juillet. Mais les internautes à revenir au prix avant la crise, c’est à dire 10 dirhams/litre pour le diesel et 12 dirhams/litre pour l’essence. 

 

Articles similaires